Accéder au contenu principal
Mexique

Disparus d'Iguala au Mexique: l'ex-chef de la police municipale arrêté

Le commissaire national de la sécurité, Renato Sales, a présenté aux médias les éléments concernant l'arrestation de l'ancien chef de la police municipale d'Iguala, le 21 octobre 2016 à Mexico.
Le commissaire national de la sécurité, Renato Sales, a présenté aux médias les éléments concernant l'arrestation de l'ancien chef de la police municipale d'Iguala, le 21 octobre 2016 à Mexico. REUTERS/Henry Romero
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Felipe Flores, l'ancien chef de la police municipale d'Iguala, a été arrêté vendredi 21 octobre, lors d'une opération conjointe de la police fédérale et de l'armée dans la ville de l'Etat du Guerrero, au sud de Mexico. Les policiers municipaux de Felipe Flores sont impliqués dans la disparition de 43 étudiants, une affaire qui avait traumatisé le pays et scandalisé le monde entier.

Publicité

Avec notre correspondante à Mexico,  Emilie Barraza

Le gouvernement mexicain se réjouit de l'arrestation de Felipe Flores. Pour le parquet, en charge de l'enquête, « cette arrestation permettra d'éclaircir les faits ». De leur côté, les parents des 43 étudiants disparus ont demandé à ce que l'interrogatoire de Felipe Flores soit réalisé dans le cadre de la loi. Les parents des 43 étudiants disparus exigent que l'« intégrité physique » de l'ancien chef de la police municipale d'Iguala soit respectée lors des interrogatoires. En d'autres termes, qu'il n'y ait ni torture, ni menaces à son encontre.

Car il y a 130 personnes incarcérées dans cette affaire, mais plusieurs enquêtes indépendantes ont montré que la majorité des aveux ont été obtenus sous la torture. Or, la déclaration de Felipe Flores sera sans doute essentielle pour savoir ce qu'il s'est réellement passé le 26 septembre 2014 à Iguala.

Coordinateur

Selon l'enquête officielle, c'est lui qui aurait coordonné l'attaque contre les étudiants ce soir-là. Les hommes de Felipe Flores auraient livré les 43 étudiants au cartel des Guerreros Unidos. Ces derniers les auraient tués avant de les incinérer dans une décharge. Cette version officielle a été rejetée en bloc par les experts indépendants de la commission inter-américaine des droits de l'homme.

Mais il n'empêche, Felipe Flores est un personnage clé dans cette affaire. Les parents des jeunes disparus souhaitent donc que leurs avocats soient présents lors des interrogatoires, pour être sûr qu'il n'y ait aucune pression ou menaces de la part du gouvernement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.