Etats-Unis

Donald Trump va devoir travailler avec le parti républicain

Après la victoire de Donald Trump, Paul Ryan (photo) entend conserver son poste de président de la Chambre.
Après la victoire de Donald Trump, Paul Ryan (photo) entend conserver son poste de président de la Chambre. REUTERS/Joshua Roberts/File Photo

Le président Trump aura une confortable majorité au Congrès, au Sénat et à la Chambre des représentants. Cette majorité représente une promesse de gouvernement sans réelle opposition. Même si les relations entre le parti républicain et le nouveau chef d’Etat sont loin d’être au beau fixe.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

Un président élu avec une majorité au Congrès, les augures ne peuvent pas être meilleurs. Le président Trump ne devrait pas connaître l’opposition qui a miné Barack Obama ces deux dernières années.

Les responsables républicains ont d’ailleurs pris la parole mercredi pour féliciter Donald Trump, mais aussi subtilement pour appliquer une certaine pression sur le vainqueur.

Paul Ryan entend conserver son poste de président de la Chambre. Mais cet élu républicain chimiquement « pur » et le fantasque Donald Trump n’ont pas caché leur aversion mutuelle au cours de la campagne. L’agenda conservateur que Paul Ryan a promis à ses troupes restera à négocier avec un président Trump qui considère les élus comme « un marais qu’il faut purger ».

Au Sénat, Mitch McConnel a quant à lui annoncé ses priorités : nommer à la Cour suprême un juge qui va rétablir au sein de l’institution une majorité ultra conservatrice sur les sujets de société et retirer immédiatement la loi sur la couverture sociale. Les attentes sont très fortes après 8 ans de présidence Obama que les républicains veulent gommer.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail