Accéder au contenu principal
Brésil

Brésil: la présidence Temer à nouveau écornée par des affaires de corruption

Marcelo Calero, ici en mai 2016.
Marcelo Calero, ici en mai 2016. EVARISTO SA / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Brésil, la démission du ministre de la Culture provoque une nouvelle crise politique au sein du gouvernement de Michel Temer. Le président conservateur, très controversé, qui a pris le pouvoir, après la destitution de Dilma Rousseff doit faire face à nouvelles accusations de corruption dans le gouvernement. C’est le cinquième ministre qui quitte le gouvernement depuis sa prise de pouvoir en mai dernier.

Publicité

Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

Nommé il y a 6 mois par le président Temer, le ministre de la Culture n’avait depuis pas cessé d’essuyer les vives critiques des milieux artistiques brésiliens - opposés à la décision initiale de Michel Temer de supprimer le ministère de la Culture. Une décision sur laquelle le président était finalement revenu et avait confié le portefeuille à Marcelo Calero.

Pour justifier sa démission du gouvernement, ce dernier accuse son collègue ministre et secrétaire général du gouvernement. Geddel Vierra Lima aurait fait pression sur lui pour qu’il intercède en sa faveur dans le cadre d’un projet immobilier – dont l’autorisation était soumise à l’Institut du patrimoine historique, rattaché au ministère de la Culture.

Un scandale de trafic d’influence qui touche de nouveau l’un des proches ministres du président brésilien. Geddel Vierra Lima est l’un des principaux artisans de la loi d’austérité économique, soutenue par le président Temer, mais très controversée.

En fin de semaine, l’ancien gouvernement de l’Etat de Rio, membre du PMDB, le parti du président Temer, a été arrêté, et mis en prison préventive. Il est soupçonné de corruption et blanchiment d’argent. Plus de 80 millions d’euros auraient été détournés des caisses publiques.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.