Accéder au contenu principal
Argentine

Argentine: disparition de l'écrivain Ricardo Piglia

Ricardo Piglia s'est vu décerner le prix Romulo Gallegos en 2011.
Ricardo Piglia s'est vu décerner le prix Romulo Gallegos en 2011. DR
6 mn

L'écrivain Ricardo Piglia est décédé à l’âge de 75 ans à Buenos Aires, des suites d’une longue maladie, vendredi 6 janvier 2017. Couronnée par le prix Romulo Gallegos, son œuvre multiforme a été traduite dans le monde entier. C’est une voix majeure des lettres latino-américaines, qui a tiré sa révérence.

Publicité

Piglia est mort mais il nous reste Emilio Renzi, l’un de ses personnages principaux, a déclaré à l’annonce de la mort de l’écrivain, le ministère argentin de la Culture sur Twitter.

Un hommage forcément réducteur au regard de la richesse et de la variété des formes de l’œuvre de Ricardo Piglia, tour à tour romancier, essayiste, critique, scénariste et enseignant dans plusieurs universités argentines et américaines, qui nous laisse des textes hybrides, mêlant fiction et réflexion sur l'écriture.

Né dans la banlieue de la capitale argentine en 1941, Ricardo Piglia fait ses classes à l’université de La Plata près de Buenos Aires. Il travaille ensuite dans plusieurs maisons d’édition et dirige notamment une collections de polars, La série noire chez Tiempo contemporáneo. Un genre qu'il affectionnait particulièrement et qui nourrira son oeuvre : de Dashiell Hammett et Raymond Chandler aux Argentins Roberto Arlt, dont il se réclame, Borges, Sarmiento, Macedonio Fernández.

Il publie son premier recueil de contes, Jaulario, en 1967, mais c’est son roman Respiration articifielle, publié en 1980, dédale polyphonique qui dénonce, en creux, la dictature militaire argentine, qui lui vaut une reconnaissance nationale et internationale.

« Une machine à raconter »

«Plata quemada»: Ricardo Piglia sur la relation entre les deux protagonistes et l'homosexualité

Egalement scénariste, Ricardo Piglia a travaillé sur des films comme Plata quemada  réalisé par Marcelo Piñeyro, inspiré d'un de ses romans et qui connut une carrière internationale, ou encore Corazón iluminado de Hector Babenco. Des réalisateurs importants de sa génération.

De son roman, La ciudad ausente, qui dénonce la répression de la dictature entre science-fiction et polar, et où sévit une redoutable « machine à raconter », il fera aussi un livret pour un opéra. 

Auteur critique, Piglia interrogeait inlassablement l'acte d'écrire. Dans l’un de ses textes majeurs, Crítica y ficción (1986), il explique que « la critique est la forme moderne de l’autobiographie. On écrit sa vie quand on croit écrire ses lectures ».

Le critique est celui qui trouve sa vie à l’intérieur des textes qu’il lit, écrivait-il encore. Véritable « machine à raconter », Ricardo Piglia a tenu toute sa vie un journal, Los diarios de Emilio Renzo, son alter ego, dont la publication des derniers volumes est prévue dans les prochains mois.

A cette époque, au milieu de la débâcle, j’ai commencé à écrire un journal. Il n’y a rien, bien sûr, de plus ridicule que la prétention de consigner la vie même. Néanmoins je suis persuadé que si cet après-midi-là, je n’avais pas commencé à écrire ce journal, je n’aurais jamais écrit autre chose.

Ricardo Piglia raconte son journal de jeunesse

L'écrivain, durement touché par une maladie neurodégénarative, n'a jamais cessé d'écrire et de travailler alors qu'il devait se battre pour financer les traitements qui pouvaient le soulager. Un combat qui a notamment inspiré le scénario du film Un monstre à mille têtes du Mexicain Ricardo Plá.

« Il y a des choses que je ne peux plus faire mais je peux encore lire et écrire », confiait-il récemment dans un entretien. Lui pour qui « toutes les histoires du monde se tissent à la trame de notre propre vie ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.