Etats-Unis

«French Tech»: parlez-vous français au CES 2017?

On peut directement dire qu'on aime la French Tech, avec la LoveBox présentée à l'«unveil» du CES par @lovebox_love.
On peut directement dire qu'on aime la French Tech, avec la LoveBox présentée à l'«unveil» du CES par @lovebox_love. RFI / Thomas Bourdeau

Le CES, le salon de l’électronique de Las Vegas, a parfois l’accent français ! Enfin, tout particulièrement dans les sous-sols du Sands Expo à l’Eureka Park. Dans ces étroites allées, les startups françaises aux idées talentueuses et folles font la retape pour des clients internationaux. Allons faire un tour dans ces toutes fraîches terres high-tech françaises qu’on appelle la French Tech.

Publicité

De notre envoyé spécial à Las Vegas,

L’esprit de la french tech a envahi l’Eureka Park, l’espace dédié aux start-ups par le CES. Mais la french tech, qu’est-ce que c’est ? «Il s’agit d’une marque collective et ouverte pour désigner et valoriser l’écosystème des start-up françaises en France» nous a-t-on expliqué sur le stand dédié. Et d’ajouter : «L’initiative French Tech ce n’est pas l’Etat qui encadre, c’est l’Etat qui soutient. C’est une ambition partagée, impulsée par l’Etat mais portée et construite avec tous les acteurs.» Ainsi, sous cette bannière, la France se retrouve être la deuxième délégation dans l’espace Eureka park et représente la 3e présence mondiale au CES avec 275 entreprises et structures exposantes, après les Etats-Unis avec 1713 entreprises et la Chine 1307 entreprises. 

Tremplin ou gueule de bois économique à la sortie ?

Mais le CES est-ce toujours la bonne affaire ? Et une entreprise y va-t-elle vraiment pour réussir ou plutôt découvrir, se confronter à un marché et s’ouvrir à de nouvelles opportunités, au risque de croiser des déconvenues ? On vous conseille de lire cet article : Start-up : Las Vegas a changé leur vie pour mieux comprendre l’incroyable effervescence autour du CES, ressentir le tremplin que ce salon représente mais aussi le risque de gueule de bois économique à sa sortie… En exemple on citera la marque française Parrot, qui il y a deux ans faisait le show et inventait un marché avec ses mini drônes, l’année dernière Parrot restait spectaculaires mais tous les concurrents avait déjà piqué leurs techniques d’exposants (ballet, chorégraphie…) voire leur technologie et cette année Parrot ne vient pas, à notre grand désarroi car leur sens du spectacle illuminait le CES…

 

Mais à l’espace Eureka, on regarde vers le succès, ou aussi l’escalator qui vous fait grimper au premier étage avec les grands fabricants dans la santé ou la maison connectée. L’escalator, c’est ce qu’a pris la marque Holi qui expose maintenant avec les plus grands... Holi sont passés  du sous-sol, en fait il s’agit du rez de chaussée, à l'étage avec les grands et avec une technologie industrialisé. [Mise à jour] Deux années plus tard, tout est fermé chez eux, et Holi n'existe plus (explications ici).

Poésie, malgré le brouhaha de l’Euréka park

On trouve une certaine poésie, malgré le brouhaha de l’Euréka park, avec tout ces inventeurs, ces stands bizarres, ces idées saugrenues qui parfois donne une énergie folle, merci phonotics parle parfois de rêve brisé à Las Vegas, comme ces néons qui clignotent à l’infini mais pour personne parfois. Comme dans le film de Coppola.

Mais show must go on !

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail