Etats-Unis / Donald Trump

Etats-Unis: Donald Trump veut mettre fin à l'amendement Johnson

Le président Trump lors de son discours, ce jeudi matin, au «petit déjeuner national de prière», un rituel de Washington qui rassemble des élus des deux bords.
Le président Trump lors de son discours, ce jeudi matin, au «petit déjeuner national de prière», un rituel de Washington qui rassemble des élus des deux bords. REUTERS/Carlos Barria
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le président américain Donald Trump était ce jeudi au « petit déjeuner national de prière », un rituel de Washington qui rassemble des élus des deux bords. Donald Trump en a profité pour lancer une attaque contre l'amendement Johnson en promettant d'y mettre un terme, un amendement qui interdit le financement des partis politiques par les organisations caritatives et religieuses. Que contient exactement cet amendement ? Explications.

Publicité

L'amendement Johnson, du nom du sénateur Lyndon Johnson à l'époque - qui fut aussi président des Etats-Unis de 1963 à 1969 - a été voté en 1954. Sa vocation était d'exempter d'impôts les associations à but non lucratif, y compris les Eglises, à condition qu'elles ne financent pas de partis politiques.

A l'époque, en plein maccarthysme - la chasse aux communistes - le sénateur Johnson visait les associations d'extrême droite qui auraient pu s'opposer à sa réélection.

Depuis cet amendement, les organisations de bienfaisance et les Eglises peuvent appeler leurs membres à aller voter, mais n'ont pas le droit d'appeler à voter pour un candidat ou contre un autre en particulier, au risque de perdre leur exonération fiscale.

Donald Trump en pleine campagne électorale, en août dernier, avait promis de supprimer cet amendement qui selon lui menace les institutions religieuses. Mais il n'a pas dit s'il comptait abroger la totalité de l'amendement Johnson, pour toutes les organisations à but non lucratif, ou simplement pour les Eglises.

En tous cas, sa suppression lui permettrait surtout de compter sur une manne financière importante, grâce au soutien des puissantes églises évangélistes. Son abrogation devra de toute façon passer par le Congrès.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail