Accéder au contenu principal
Revue de presse des Amériques

A la Une: Bras de fer entre l'administration Trump et la justice américaine

Donald Trump a fustigé l'injonction temporaire émise par un juge de Seattle pour l’ensemble du territoire américain qui bloque le décret le temps qu’une plainte soit examinée.
Donald Trump a fustigé l'injonction temporaire émise par un juge de Seattle pour l’ensemble du territoire américain qui bloque le décret le temps qu’une plainte soit examinée. REUTERS/Jonathan Ernst

Publicité

Plus qu’un bras de fer, c’est une véritable bataille qui est engagée, estime le New York Times. Une bataille légale, qui se déroule au niveau de la justice et qui représente en quelque sorte un test pour l’administration Trump. Il faut rappeler les derniers développements de cette affaire. Pour faire court : un juge de Seattle a émis vendredi dernier une injonction temporaire pour l’ensemble du territoire américain qui bloque le décret le temps qu’une plainte soit examinée. Une décision confirmée ce dimanche par une cour d’appel de San Francisco détaille le quotidien.

Du coup, des citoyens des pays concernés par ce décret en profitent pour se rendre aux États-Unis. Une situation qui a le don d’énerver le président américain. Donald Trump s’en est pris sur les réseaux sociaux au juge de Seattle et plus largement à la justice. Mike Pence, le vice-président, a quant à lui écumé les plateaux de télévision pour tenter de défendre ce décret ainsi que le président. Mais pour le New York Times, les messages sur les réseaux de Donald Trump démontrent encore une fois le peu de respect de cette présidence pour le système constitutionnel. 

Les prochaines étapes de l’affaire du décret migratoire

La justice réclamait à ceux qui ont déposé cette plainte contre ce décret de fournir des arguments avant quatre heures du matin dans la nuit de dimanche à lundi. Elle demande également au ministère de la Justice de fournir ces arguments avant six heures de l’après-midi, aujourd’hui, selon le Los Angeles Times.

Ensuite, soit une audience sera fixée, soit la justice tranchera en faveur d’une des deux parties. Si le décret reste suspendu, alors l’administration Trump se tournera vers la Cour Suprême américaine. Mais comme le précise le Los Angeles Times, il n’y a pas qu’une plainte de déposer, mais des dizaines, donc cette affaire pourrait bien durer encore longtemps.

Un Super Bowl politisé cette année

Parlons tout d’abord de la rencontre : une finale remportée par les New England Patriots 34 à 28 face à Atlanta après les prolongations et alors que les vainqueurs étaient menés de vingt-cinq points durant le match, précise USA Today. Une rencontre qui scelle quelques records en plus de cette remontée : le quarterback Tom Brady est par exemple devenu le premier à remporter le Super Bowl à cinq reprises. Ce qui est également le cas pour l’entraîneur Bill Belichick. Autre record : James White, le running back des Patriots, qui est devenu le joueur le plus prolifique dans un match du Super Bowl avec ses vingt points marqués.

Et à l’occasion de cette grande messe du sport américain, lors des coupures publicitaires, de nombreux annonceurs en ont profité pour donner leur opinion sur ce fameux décret, nous apprend le Washington Post. Le plus connu d’entre eux : Airbnb s’est clairement positionné contre. La marque de bière Budweiser, la plus populaire aux États-Unis, a quant à elle diffusé un spot télévisé dans lequel elle évoque le parcours d’immigré allemand d’un de ses fondateurs. Des spots publicitaires très suivis puisque plus de 110 millions de téléspectateurs ont regardé sur le petit écran cette rencontre.

Les fonctionnaires argentins priés de reprendre les cours
 
C’est cette semaine que doit être lancée une initiative un peu particulière en Argentine. L’année dernière, le président Mauricio Macri annonçait qu’il souhaitait voir les fonctionnaires poursuivre leur formation durant leur carrière, et ce de manière obligatoire. Une initiative qui va débuter dans quelques jours, annonce le quotidien La Nacion. Deux cent dix mille fonctionnaires, quelle que soit leur catégorie, vont suivre des cours pour parfaire leur connaissance.

Des cours virtuels pour la plupart qui donneront lieu à des examens. Ceux qui franchiront des étapes verront leur salaire augmenter et ceux qui au contraire viendraient à échouer pourraient être sanctionnés. Une initiative qui vise à développer un service public plus efficace et qui devrait s’étendre à près de quatre millions de fonctionnaires provinciaux et locaux dans les années à venir, selon La Nacion.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.