Etats-Unis

Etats-Unis: le projet d'oléoduc contesté dans le Dakota officiellement relancé

Des officiers de sécurité contrôlent la zone du chantier du pipeline, le 29 janvier 2017, dans le Dakota du Nord.
Des officiers de sécurité contrôlent la zone du chantier du pipeline, le 29 janvier 2017, dans le Dakota du Nord. REUTERS/Terray Sylvester

Un pas a été franchi pour la construction de l'oléoduc contesté dans le Dakota du Nord. Le corps des ingénieurs de l'armée américaine a en effet écrit au Congrès pour officialiser sa décision d'autoriser la reprise des travaux. Les Sioux de la tribu de Standing Rock ont annoncé un recours en justice.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

La décision était attendue depuis le décret du président Trump autorisant la construction du pipeline qui doit traverser quatre Etats du nord des Etats-Unis. Près de 2 000 kilomètres pour transporter du pétrole et du gaz de schiste.

Le point d'abcès se situe dans le Dakota du Nord, à l'endroit où l'oléoduc doit traverser le fleuve Missouri. Les Sioux affirment que le risque de pollution de l'eau est réel et que les travaux violent des terres sacrées.

La compagnie Energy Transfer Partners et les soutiens du projet répliquent que ces terres sont des propriétés privées et que les études n'ont jamais prouvé le risque.

Après des manifestations, l'installation d'une véritable ville de toile par les militants venus de tout le pays et l'occupation de la zone de chantier, les indiens avaient obtenu l'étude d'un nouveau tracé par Barack Obama. Un décret contredit dès l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

Certes, la tribu peut encore faire appel en justice, ce qu'elle confirme, mais le ton est pessimiste. Les Sioux envisagent de marcher sur Washington et lancent un appel à tous les sympathisants.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail