Accéder au contenu principal
Revue de presse des Amériques

A la Une : Hommage à l’ancien président haïtien René Préval

L'ancien président haïtien René Préval, est mort le 3 mars 2017.
L'ancien président haïtien René Préval, est mort le 3 mars 2017. REUTERS/Eduardo Munoz
5 mn

Publicité

Le Nouvelliste nous retrace l’itinéraire d’un président « exemplaire ». Celui qui était un temps proche de l’ancien président Aristide avant de prendre ses distances avec lui n’avait jamais abandonné une minute la politique, écrit Frantz Duval. « C’est un président exceptionnel que le pays a perdu si on le juge à l’aune de ses présidentiels contemporains ».  

Un avis partagé par Le National : « L’homme était connu pour sa simplicité, sa bonhomie qui donnait parfois du casse-tête au protocole, mais Préval avait toujours su malgré tout garder une certaine dignité à la fonction présidentielle. » Et le journal de poursuivre : « René Préval est parti ce vendredi 3 mars. Comme par hasard à un moment où le pays semble plonger dans la bêtise, où ceux qui devaient être gardiens de la moralité et des grandes valeurs qui font les socles des nations se taisent, frileux, peureux, comme si leur ventre dépendait d’une miette jetée par les faux saltimbanques ».

D’après Le Nouvelliste, René Préval était ces derniers temps préoccupé par l’état de la société haïtienne et déplorait qu’elle « ne se rassemble pas sur des points essentiels pour la survie de la nation ». 

D’après le Miami Herald, René Préval pouvait se targuer d’un destin hors du commun si on regarde l’histoire d’autres présidents haïtiens. Il est le seul chef d’Etat à « avoir fait deux mandats sans être jeté en prison, forcé à l’exil ou assassiné ».

Trump accuse Obama de l’avoir mis sur écoute

Donald Trump persiste et signe : son prédécesseur Barack Obama l’aurait mis sur écoute pendant la compagne présidentielle. Le président qui demande au Congrès d’enquêter sur cette affaire qui est en train de virer à un nouvel affrontement entre Trump et les services de renseignement.

Dans un geste hautement inhabituel, le directeur de la police fédérale, le FBI, a demandé au ministère de la Justice de démentir publiquement ces accusations « soutenues par aucune preuve », selon des informations du New York Times qui cite des responsables américains. Jusqu’à présent, le ministère n'a pas réagi. Il faut dire que s’il le faisait, s’il démentait publiquement les accusations de Donald Trump, ce serait un « désaveu sans précédent pour un président en exercice », écrit le New York Times.

Ce n’est pas la première fois que Trump accuse sans fournir de preuves. USA Today présente à ses lecteurs une liste de toutes les déclarations intempestives, toutes les accusations lancées tous azimuts sans les étayer par des faits. Dans la rubrique « vérités alternatives » on trouve le soupçon de fraude électorale lors de l’élection présidentielle, ou plus récemment avec l’attentat inventé en Suède.

Les coulisses de la Maison Blanche

Le Washington Post a interviewé plusieurs conseilleurs de Donald Trump qui se sont exprimés sous couvert d’anonymat. Ils racontent le quotidien de ces derniers jours avec un président souvent en colère à cause des fuites dans la presse. Un président qui ne supporte pas les articles sur les liens supposés entre son équipe de campagne et les responsables russes.

Le Washington Post décrit un Donald Trump qui se sent assiégé, voire attaqué par certains proches de son prédécesseur Barack Obama, par des fonctionnaires, par les services de renseignement sans parler bien sûr des médias…

Grève des enseignants argentins

Après la grève des footballeurs, c’est aujourd’hui aux enseignants d’arrêter le travail. Et cela pendant deux jours. Les professeurs demandent une hausse de salaire et protestent également contre l’annulation par les autorités des élections paritaires. C’est à la Une de tous les journaux argentins. Selon La Nacion, presque toutes les écoles sont touchées, environ 5 millions d’élèves vont donc rester chez eux.

Le conflit a pris une telle dimension que l’Eglise catholique est intervenue pour appeler au calme, c’est le titre de Pagina 12. Selon la ministre de la Sécurité, Patricia Bullrich, il est normal que les instituteurs ne gagnent pas beaucoup. Après tout, ils ne travaillent que 4 heures par jour et sont souvent absents, des propos cités par Pagina 12.

Le nouveau décret anti-immigration de l’administration Trump

C’est ce lundi 6 mars 2017 que Donald Trump a signé la nouvelle version de son décret anti-immigration. Cette information est à la Une de la presse canadienne. The Globe and Mail retient que l’Irak ne figurera plus sur la liste des pays, dont les ressortissants sont interdits d’entrée aux Etats-Unis pendant 90 jours. Ceux qui possèdent un visa ou un statut de résident permanent ne seront plus concernés par ce décret.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.