Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Etats-Unis: SpaceX lance pour la première fois une fusée en partie recyclée

La fusée «Falcon 9» se pose avec succès sur la plate-forme de SpaceX dans l'Atlantique.
La fusée «Falcon 9» se pose avec succès sur la plate-forme de SpaceX dans l'Atlantique. REUTERS/SpaceX/Handout via Reuters
Texte par : RFI Suivre
3 mn

C'était un pari audacieux et il a été réussi. Pour la première fois, une entreprise a fait décoller une fusée partiellement recyclée : la société américaine SpaceX a mis sur orbite ce jeudi 30 mars un satellite de télecommunication alors que le premier étage de sa fusée Falcon 9 avait déjà effectué une mission il y a un an. La prouesse technique est de taille et cela ouvre la voie à une potentielle révolution dans l'accès des hommes à l'espace.

Publicité

Il avait déjà volé il y a un an et la nuit dernière il était pourtant là, debout, sur son pas de tir, prêt à l'emploi : le premier étage de la fusée Falcon 9 de la société SpaceX, fondée par l'entrepreneur Elon Musk, a alors allumé pour la seconde fois en douze mois ses neufs moteurs, décollant à 18 h 37 (22 h 37 TU) de son pas de tir du centre spatial Kennedy en Floride, pour une mission réussie qui constitue une première riche de promesses.

Falcon 9 a placé en orbite un satellite de télécommunications de l'opérateur luxembourgeois SES. Durant le vol, le premier étage, la partie recyclable de l'opération, a fait demi-tour pour être dirigé vers une plate-forme océanique flottant sur l'océan Atlantique, où il a effectué son deuxième retour sur Terre après une première mission en avril 2016. Le deuxième étage a, lui, continué son voyage dans l'espace pour installer SES-10 sur son orbite de travail.

Faire baisser les coûts de l'accès à l'espace 

Lancer des fusées, ça coûte cher, puisque jusqu'à présent, à chaque fois, l'engin est détruit et il faut en reconstruire totalement un nouveau pour une autre mission. En recyclant une partie de son lanceur, SpaceX veut éviter cet écueil et faire baisser les coûts de l'accès à l'espace à ses clients. La société a ainsi facturé ce vol 10% moins cher que d'habitude.

Un moyen pour l'entreprise de grignoter des parts de marchés à ses concurrents avec au premier rang Arianespace. Malgré la réussite de cette mission, il n'y a pas de réponse à toutes les questions. Notamment sur la rentabilité réelle de la réutilisation.
En effet, l'entreprise n'a pas dit combien lui avait coûté la remise en état du premier étage afin de lui permettre de voler une seconde fois.

On ne sait donc pas si SpaceX a réalisé un bénéfice. Il faudra donc encore du temps et plusieurs missions similaires pour voir si en faisant voler des lanceurs recyclés, SpaceX tient là une véritable stratégie gagnante.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.