Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Immigration

Etats-Unis: une sans-papiers mexicaine obtient un sursis jusqu'en 2019

Jeanette Vizguerra, entourée de deux de ses quatre enfants nés aux Etats-Unis, s'adresse à ses partisans devant l'église baptiste de Denver, le 18 février 2017.
Jeanette Vizguerra, entourée de deux de ses quatre enfants nés aux Etats-Unis, s'adresse à ses partisans devant l'église baptiste de Denver, le 18 février 2017. Jason Connolly / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Aux Etats-Unis, une Mexicaine sans-papiers mère de quatre enfants, menacée d'expulsion, qui s'était réfugiée dans une église de Denver depuis trois mois, a obtenu des services de l'immigration la possibilité de rester dans le pays jusqu'en 2019. Jeanette Vizguerra s'était réfugiée dans l'une des 800 églises sanctuaires qui accueillent les sans-papiers aux Etats-Unis. Depuis, elle est devenue l'icône des parents sans-papiers dont les enfants ont la nationalité américaine.

Publicité

Jeanette Vizguerra avait choisi de résister à la menace d'expulsion par les services de l'immigration. Elle avait décidé de se réfugier seule dans l'église baptiste de Denver, et avait confié ses quatre enfants à des amis.

A sa sortie vendredi, Jeanette Vizguerra tenu à adresser un message aux parents sans-papiers qui, comme elle, ont des enfants de nationalité américaines.

« Mes enfants m'ont manqué. C'est pour eux que je me bats. Mais aussi pour toutes les mères et les pères qui sont dans la même situation que moi. Nous sommes une communauté. Qu'importe l'origine, la couleur, le pays. Leur douleur, c'est ma douleur  », a-t-elle déclaré.

Jeanette Vizguerra fait partie des 34 immigrés clandestins qui ont obtenu des services de l’immigration et des douanes un sursis jusqu'en 2019. Une décision obtenue grâce au soutien de sénateurs et de membres du Congrès, démocrates comme républicains.

Une victoire bien méritée, selon Hans Meyer, l'avocat de Jeanette Vizguerra. « Ce sont des gens qui ont des familles, ce sont de bons parents qui travaillent dur et qui vivent aux Etats-Unis depuis 20 ans. C'est tout ce qu'il faut savoir. Ils méritent d'avoir une vie paisible et d'obtenir la nationalité américaine. »

En quelques mois, Jeanette Vizguerra s'est transformée en symbole des immigrés mexicains que Donald Trump veut renvoyer dans leur pays. Le président américain avait affirmé qu'il expulserait près de 3 millions de « criminels » dès son élection, mais de nombreuses personnes sans casier judiciaire lourd ont été arrêtées et expulsées.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.