Accéder au contenu principal
Honduras / Criminalité

Honduras: évasion de vingt-trois criminels dangereux du gang Maras

Vue de la prison Marco Aurelio Soto à Tamara, le 3 août 2013, dans la banlieue de Tegucigalpa, la capitale du Honduras.
Vue de la prison Marco Aurelio Soto à Tamara, le 3 août 2013, dans la banlieue de Tegucigalpa, la capitale du Honduras. REUTERS/Jorge Cabrera
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Honduras, une alerte rouge a été émise par le ministère de l'Intérieur après l'évasion de 23 dangereux criminels de la prison de Tamara, située à 10 km de la capitale. Ceux-ci ont réussi à s'évader d'une prison jeudi soir, mais les autorités n'ont communiqué officiellement que samedi. La bande dont ils font partie, la Mara 18, est considérée comme la plus dangereuse dans ce pays d'Amérique Centrale où le taux de criminalité est le plus élevé au monde.

Publicité

L'alerte rouge d'Interpol a été déclenchée pour retrouver les criminels en fuite. Car les 23 fugitifs font partie de la Mara 18, la plus dangereuse du pays, avec sa rivale, la Mara Salvatrucha. La plupart étaient détenus pour assassinat, trafic de drogue, port d'armes illégal, viols, enlèvements.

Certaines sources assurent que les prisonniers se seraient évadés jeudi soir par le portail principal, avec des complicités au sein de l'établissement pénitentiaire de Tamara. Le directeur de la prison a été suspendu, et les gardiens d'astreinte jeudi soir interrogés dans le cadre de l'enquête.

Toutes les unités de la police au niveau national sont mobilisées, indique le communiqué de la sécurité intérieure. Les visites des proches aux détenus de la prison de Tamara ont été suspendues.

Ce n'est pas la première fois que de telles évasions se produisent parmi les 18 000 détenus des 25 prisons vétustes au Honduras. Mais ce n'est pas un hasard si celle-ci se produit au lendemain de l'annonce par le président hondurien du transfert de 1 000 détenus vers la prison de haute sécurité inaugurée l'an dernier, d'où il sera plus difficile de s'échapper.

→ A (re) lire : Les Maras, un casse-tête pour le gouvernement salvadorien

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.