Venezuela

Venezuela: les partisans de Maduro réclament la démission de Luisa Ortega

La procureure générale de la République du Venezuela, Luisa Ortega Diaz, lors d'une conférence de presse à Caracas le 24 mai 2017.
La procureure générale de la République du Venezuela, Luisa Ortega Diaz, lors d'une conférence de presse à Caracas le 24 mai 2017. REUTERS/Marco Bello

Au Venezuela, plusieurs centaines de partisans du président Nicolas Maduro ont manifesté ce vendredi 2 juin à Caracas pour demander la démission de Luisa Ortega. La veille, la procureure générale avait critiqué la décision du président de convoquer une nouvelle Assemblée constituante sans passer au préalable par un référendum.

Publicité

Luisa Ortega « est étroitement liée au terrorisme et au fascisme », c'est ce que disait un député chaviste lors de cette manifestation. Les propos étaient généralement très durs envers la procureure générale, avec des pancartes affirmant qu’elle s’était « vendue pour une poignée de dollars ». Jeudi, Nicolas Maduro, sans la nommer, avait fustigé les « traîtres » qui « hésitent » face à « la nécessité du processus de transformation ».

Luisa Ortega, quasiment la seule voix chaviste à critiquer Nicolas Maduro, lui avait reproché peu avant de ne pas avoir demandé par référendum à la population si elle souhaitait la convocation d’une Assemblée constituante. Une assemblée rejetée par l’opposition, qui affirme que les modalités prévues pour l’élection de ses membres avantageraient le camp chaviste.

Ortega reconduite jusqu'en 2021

La procureure générale avait déjà dénoncé la décision de la Cour suprême de s’octroyer (brièvement, au final) les pouvoirs du Parlement. Une décision qui avait provoqué ces manifestations quasi quotidiennes, toujours en cours, pour demander le départ du président Maduro, souhaité selon les sondages par sept Vénézuéliens sur dix. En deux mois les violences qui marquent ces rassemblements ont fait au moins 63 morts.

Même s’il le désirait, le président Maduro ne pourrait pas destituer Luisa Ortega. Le Parlement contrôlé par l’opposition l’a déjà reconduite dans ses fonctions jusqu’en 2021.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail