Mexique

Election des gouverneurs au Mexique, un test avant la présidentielle de 2018

Le scrutin du 4 juin a valeur de test pour le président mexicain Enrique Peña Nieto. Ici le 23 janvier 2017 à Mexico.
Le scrutin du 4 juin a valeur de test pour le président mexicain Enrique Peña Nieto. Ici le 23 janvier 2017 à Mexico. REUTERS/Edgard Garrido

Ce dimanche, quelque 20 millions d'électeurs sont appelés aux urnes dans quatre Etats du Mexique : Mexico, Coahuila, Nayarit et Veracruz. Mais c'est vers l'Etat de Mexico, où 11 millions de votants vont élire leur prochain gouverneur, que tous les regards se tournent. Cette élection est fondamentale car elle se déroule dans un Etat qui est le bastion du Parti révolutionnaire institutionnel et de l'actuel président Enrique Peña Nieto, qui en a été le gouverneur de 2005 à 2011. Mais surtout, ce scrutin a lieu un an tout juste avant l'élection présidentielle de 2018.

Publicité

Avec notre correspondant à Mexico,  Patrick-John Buffe

Parce que c'est l'Etat le plus peuplé du pays et qu'il possède le plus grand nombre d'électeurs, l'Etat de Mexico est considéré comme un laboratoire électoral. En effet, le parti qui l'emporte peut voir augmenter ses chances de gagner la présidentielle de l'an prochain.

A l'issue d'une campagne marquée par le discrédit entre candidats, par des accusations mutuelles de corruption et par des dénonciations d'achats de votes, cette élection pourrait bien être la plus disputée de l'histoire de l'Etat de Mexico. Certains sondages prévoient en effet un coude à coude entre le PRI, le Parti révolutionnaire institutionnel qui gouverne cet Etat depuis près de 90 ans, et Morena, le Mouvement de rénovation nationale de l'ex-candidat présidentiel de gauche, Andrés Manuel Lopez Obrador.

Une défaite du candidat du PRI ce dimanche constituerait un coup dur pour ce parti qui pourrait difficilement conserver la présidence du Mexique l'an prochain. Quant à Morena, une victoire dans l'Etat de Mexico ferait de son leader, Lopez Obrador, le favori de la présidentielle de 2018.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail