Etats-Unis

Audition de James Comey au Sénat américain : le jour d'après

L'ex-directeur du FBI James Comey le 8 juin 2017 lors de son audition devant le Sénat américain.
L'ex-directeur du FBI James Comey le 8 juin 2017 lors de son audition devant le Sénat américain. AFP/Brendan Smialowski

L'audition devant le sénat de James Comey, l'ancien directeur du FBI limogé par Donald Trump, a été extrêmement suivie par les Américains ce jeudi 8 juin. Selon les premières projections de la chaîne CBS, 26 millions de personnes auraient regardé le «match» James Comey VS Donald Trump, retransmis dans de nombreux bars à travers le pays.

Publicité

Avec trois heures d'avance, le Sidebar, en plein centre du quartier new-yorkais de Manhattan a ouvert ses portes pour un « brunch » très politique, ce 8 juin. D'habitude, on diffuse ici des matches sur les 16 écrans plasma mais ce matin, les clients appréciaient un nouveau type de sport, explique notre correspondante Marie Bourreau. « C'est l'équivalent d'un Superbowl politique, explique un client. C'est triste car nous passons vraiment pour des imbécile! ».

Contrairement aux matches de football américains, les clients de ce bar ont donc suivi les deux heures trente d'audition de l'ancien directeur du FBI James Comey dans un silence quasi-religieux. Beaucoup espèraient que cette audition puisse être un point de départ potentiel d'une procédure de destitution. « Je ne crois pas que Donald Trump ait la moindre once d'honnêteté et cela rend Comey encore plus crédible qu'il ne l'est déjà. »

« Le destituer, ce serait super et c'est probablement ce que tout le monde souhaite, mais il faut regarder l'alternative et c'est faire le choix du diable », prévenait cependant une autre cliente. Sauf qu'à la fin de ce grand déballage public, il n'y a pas eu de vainqueur clairement désigné et beaucoup de questions restaient en suspens. Aussi, ces Américains sont prévenus : leur feuilleton politique préféré promet de durer encore de longs mois.

La destitution pour plus tard ?

« La destitution est une procédure très lourde et longue, qui ne se déclenche que pour des motifs très sérieux. Il n’y en avait pas avant cette audition, il n’y en a pas après. James Comey, involontairement, a apporté un peu d’air frais à Donald Trump puisqu’il a dit à plusieurs reprises que le président Trump n’a commis à sa connaissance aucun acte délictueux », explique Jean-Eric Branaa, spécialiste des Etats-Unis.

« En plus, aucune enquête n'avait été ouverte contre lui dans le cas des rapports avec la Russie. Or, cette enquête pose problème. Il s’agissait de parler de sécurité nationale et de savoir si un gouvernement pouvait interférer avec des élections américaines. Ce qui ressort aujourd’hui, c’est que Donald Trump n’a rien à voir avec cette histoire-là », observe ce maître de conférence à l'université Paris-II Assas.

Au lendemain de l'audience de l'ex-patron du FBI, Donald Trump a réagi sur le réseau social Twitter. Le président américain a accusé James Comey d'avoir menti, d'avoir émis de fausses déclarations, de n''être animé par la rancoeur et surtout d'avoir bien fait fuiter des informations.

La Maison Blanche n'a pas apprécié la prestation de James Comey au Sénat, relève notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio. Son témoignage est un tissu de mensonges, selon l'avocat personnel du président, Marc Kasowitz, qui estime que jamais Donald Trump n'a souhaité enterrer l'enquête sur Michael Flynn ni exigé la loyauté de James Comey.

Le président n'a jamais suggéré "de laisser filer l'enquête Flynn".

Marc Kasowitz, avocat personnel de Donald Trump

On en revient à la parole de l'un contre celle de l'autre, une situation que veut accréditer la Maison Blanche pour affaiblir la version de l'ancien directeur du FBI. Toutefois, à ce jeu de la crédibilité personnelle, le président des Etats-Unis ne convainc pas. Un sondage, publié en avril par le site conservateur Newsmax, montre que dans quatre Etats qui ont voté pour Donald Trump, plus de 60 % des électeurs sont persuadés que leur président est un menteur.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail