Venezuela

Venezuela: le ministère public dépose un recours contre l'Assemblée constituante

La procureure générale de la République du Venezuela, Luisa Ortega Diaz, lors d'une conférence de presse à Caracas le 24 mai 2017.
La procureure générale de la République du Venezuela, Luisa Ortega Diaz, lors d'une conférence de presse à Caracas le 24 mai 2017. REUTERS/Marco Bello

Au Venezuela, la procureure générale de la République hausse encore une fois le ton contre le pouvoir. Luisa Ortega Diaz a déposé ce 8 juin au Tribunal suprême de justice (TSJ) un recours en annulation contre l'Assemblée nationale constituante convoquée par Nicolas Maduro.

Publicité

Avec notre correspondant à Caracas, Julien Gonzalez

Au Venezuela, la procureure générale Luisa Ortega Diaz est venue déposer jeudi 8 juin un recours « demandant en particulier que les décisions du Conseil national électoral concernant la Constituante soient déclarées nulles ».

Depuis plus de deux mois, la procureure générale de la République multiplie les critiques contre le pouvoir. La semaine dernière, Luisa Ortega Diaz avait déjà étrillé la décision rendue par les magistrats de la plus haute autorité judiciaire autorisant le président de la République à convoquer l'Assemblée constituante sans référendum au préalable.

La procureure générale avait aussi critiqué le fait qu'une partie du scrutin de cette Constituante se fasse par secteurs de la société, les retraités ou les paysans par exemple.

Cette nouvelle prise de position forte fait de la responsable du ministère public une voix toujours plus discordante au sein des institutions de l'Etat. Ce 8 juin, Luisa Ortega Diaz persiste et signe en déposant un recours contre l'Assemblée constituante « pour défendre la démocratie ».

« Une Assemblée constituante qui tourne le dos au peuple ne peut pas être une Constituante, a-t-elle déclaré. Ce recours, c'est pour défendre la souveraineté du peuple, pour défendre la Constitution. Parce que ce qui est en jeu, c'est notre pays, c'est la paix que nous méritons tous. »

Détruire l'héritage chaviste

Dénonçant « les appels violents » contre les opposants à la constituante ainsi que « la féroce répression » contre les manifestations d'opposition, elle estime notamment que la Constitution initiée par Hugo Chávez est en danger.

« Je crois qu'avec cette Assemblée constituante, nous sommes en train de détruire l'héritage du président Chávez, poursuit Luisa Ortega Diaz. Donc, je demande à tous les habitants du pays de refuser la Constituante et de se présenter au Tribunal suprême de justice pour adhérer à mon recours et rejeter ce projet. »

Du côté du camp Maduro, le numéro deux du parti chaviste au pouvoir Diosdado Cabello avait lancé un avertissement la veille : « Il ne reste que 53 jours à ce ministère public [dirigé par Luisa Ortega Diaz] pas un de plus » avant l'élection de l'Assemblée constituante le 30 juillet prochain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail