Accéder au contenu principal
Chine / Etats-Unis

Un navire américain défie Pékin en mer de Chine méridionale

Le destroyer américain «USS Stethem».
Le destroyer américain «USS Stethem». Wikipédia
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Un navire militaire américain s'est approché dimanche d'une île contrôlée par Pékin en mer de Chine méridionale, suscitant une vive réaction de Pékin. Après cette démonstration maritime américaine, le ministère chinois des Affaires étrangères a dénoncé «une sérieuse provocation politique et militaire».

Publicité

Le USS Stethem s'est approché à moins de 12 milles nautiques de l'île Triton dans l'archipel Paracel, contestant de facto la souveraineté chinoise sur ce territoire occupé par Pékin, mais également revendiqué par le Vietnam et Taïwan.

Il s'agissait de la deuxième opération américaine destinée à contester les visées territoriales de la Chine dans cette zone maritime stratégique, depuis l'arrivée au pouvoir de l'administration Trump. La première opération avait eu lieu le 25 mai, dans l'archipel Spratley, plus au sud.

Pékin condamne

La Chine a exprimé sa réprobation dans un communiqué du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lu Kang, qui a dénoncé « une sérieuse provocation politique et militaire ».

« La partie chinoise appelle avec force la partie américaine à cesser immédiatement ce genre d'opérations provocatrices qui violent la souveraineté de la Chine et menacent la sécurité de la Chine », a déclaré le porte-parole, cité par l'agence de presse officielle Xinhua (Chine nouvelle).

La Chine continuera à prendre toutes les mesures nécessaires pour défendre sa souveraineté et sa sécurité nationales, a ajouté le porte-parole.

Raidissement des relations

L'administration américaine a pris la semaine dernière plusieurs initiatives susceptibles de provoquer la colère de Pékin. Elle a ainsi donné jeudi son feu vert à la vente de 1,4 milliard de dollars d'armes à Taïwan, que la Chine considère comme une de ses provinces et n'a pas renoncé à reconquérir.

Jeudi également, Washington a annoncé pour la première fois des sanctions contre une banque chinoise, la Bank of Dandong, accusée d'avoir facilité des transactions au profit de compagnies impliquées dans le développement de missiles balistiques nord-coréens.

 → A (RE)LIRE : Etats-Unis: Trump se met en scène dans une bagarre avec CNN

Le même jour, le département d'Etat américain a fait part de son inquiétude pour le respect des libertés à Hong Kong, vingt ans après la rétrocession de la ville à la Chine. Mardi, la diplomatie américaine avait également placé la Chine sur sa liste noire du trafic d'êtres humains, au même rang que la Syrie, la Corée du Nord ou le Venezuela.

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.