Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Mexique

Mur à la frontière mexicaine: comment Trump a voulu convaincre Pena Nieto

«Je dois obtenir que le Mexique paie le mur», a dit le président Trump à son homologue Pena Nieto lors de leur entretien téléphonique le 27 janvier.
«Je dois obtenir que le Mexique paie le mur», a dit le président Trump à son homologue Pena Nieto lors de leur entretien téléphonique le 27 janvier. NICHOLAS KAMM / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le «Washington Post» a obtenu la transcription de l’entretien entre Donald Trump et son homologue mexicain Enrique Pena Nieto, en janvier. Le président américain y demande avec insistance à son interlocuteur qu’il arrête de s’opposer publiquement à la construction du mur à la frontière entre les deux pays, car c’est important politiquement pour lui.

Publicité

Le mur à la frontière avec le Mexique était l’une des promesses de campagne de Donald Trump, un leitmotiv qu’il répète à tout va. Le sujet a donc figuré en bonne place dans le premier entretien téléphonique que le président américain a eu avec son homologue américain Enrique Pena Nieto, le 27 janvier dernier, peu après son investiture.

Selon la transcription obtenue par le Washington Post (lien en anglais), le président américain tente de convaincre son homologue d’arrêter de critiquer publiquement le mur et d’affirmer que le Mexique ne le financerait pas. « Vous ne pouvez pas dire ça à la presse (…) Je dois obtenir que le Mexique paie le mur. Je le dois (…) J'en parle depuis deux ans », assène le président américain, avant d’expliquer à son interlocuteur qu’il sait comment construire à bon marché et que ce serait « un beau mur ».

Dans cette même conversation, Donald Trump propose à Enrique Pena Nieto d’envoyer des troupes américaines au Mexique pour lutter contre le trafic de drogue. « Vous avez pas mal de mauvais hombres, chez vous, dit le président américain. Vous ne faites pas assez pour les arrêter. Je pense que votre armée a peur. Nos militaires n’ont pas peur, donc je pourrai les envoyer pour qu’ils s’occupent de ce problème ». Son homologue lui a alors simplement rappelé ou expliqué que le trafic de drogue était largement soutenu par l'argent sale et les armes en provenance des Etats-Unis.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.