Canada / Immigration

Des Haïtiens demandeurs d'asile au Canada à cause de «Fake News»

Vérifications d'identité, le 6 août 2017, sous une grande tente dressée au bout d'un chemin forestier, principal point d'entrée des migrants dans le sud du Québec.
Vérifications d'identité, le 6 août 2017, sous une grande tente dressée au bout d'un chemin forestier, principal point d'entrée des migrants dans le sud du Québec. Geoff Robins / AFP

Le Canada fait face à une augmentation du nombre de demandeurs d'asile ces jours-ci, dont beaucoup sont d'origine haïtienne. Des centaines de personnes traversent la frontière américaine chaque jour, et ce serait en partie des « fake news » et de la désinformation sur les réseaux sociaux qui provoquent l'arrivée en masse de ces demandeurs d'asile. Un phénomène que les autorités canadiennes veulent contrer.

Publicité

Avec notre correspondant à Montréal,  David Savoie

Ronald est arrivé de la Floride avec en tête l'idée que le Canada est un meilleur pays d'accueil que les Etats-Unis. « Je suis obligé de venir au Canada pour avoir un avenir meilleur, pour avoir un statut d'humain », dit-il. Et comme lui, beaucoup sont venus dans l'espoir d'obtenir ce statut.

Un espoir entretenu par des blogs, des annonces sur les réseaux sociaux, des journaux en ligne ou même des gens qui se font passer pour des représentants gouvernementaux, et qui laissent entendre que le Canada est un refuge.

Certains groupes basés aux Etats-Unis enverraient notamment des messages à la diaspora haïtienne à travers des applications pour dire que les portes du Canada sont grandes ouvertes.

Une propagande dénoncée par les autorités. Lui-même haïtien, Frantz Benjamin, un élu de la ville de Montréal, veut organiser la diffusion d'informations exactes sur l'immigration au Canada.

« Avec des messages vidéos pour informer. Nous allons aussi travailler avec des stations de radio en Haïti pour contrer les faux messages. Parce que qui se cache derrière ces messages-là, nous ne le savons pas. »

Pour plusieurs, le Canada ne sera pas la terre d'accueil qui leur a été promise. Entre 40 et 50 % des dossiers sont refusés.

Relire : Pourquoi des réfugiés fuient-ils à pied les Etats-Unis en direction du Canada?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail