Etats-Unis

Etats-Unis: rentrée tendue pour le Congrès

Le Congrès américain, qui était en pause estivale de cinq semaines, va faire sa rentrée ce mardi 5 septembre.
Le Congrès américain, qui était en pause estivale de cinq semaines, va faire sa rentrée ce mardi 5 septembre. REUTERS/Kevin Lamarque
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Ce mardi 5 septembre, les élus du Congrès américain sont de retour au Capitole à Washington après les vacances d'été. Les dossiers qui les attendent sont aussi nombreux qu'épineux. Sénateurs et membres de la Chambre des représentants devront naviguer entre réforme du système de l'immigration et congés maternité. Mais surtout entre leur agenda et les désirs du président Trump.

Publicité

Après l'échec cuisant de l'abrogation d'Obamacare, Donald Trump veut frapper fort : le président a promis « une réforme fiscale historique » avec notamment une baisse du taux d'imposition des entreprises de 35 à 15%. Il veut également obtenir un investissement fédéral massif dans les infrastructures américaines, sans parler de la construction du fameux mur le long de la frontière avec le Mexique.

Mais les républicains ont beau avoir la majorité dans les deux chambres du Congrès, ils sont loin d'être soudés. Nombre d'élus conservateurs sont vent debout contre tout accroissement du déficit public.

Les discussions s'annoncent tendues, mais ne doivent pourtant pas s'éterniser : les élus ont jusqu'au 30 septembre pour relever le niveau de la dette fédérale faute de quoi ils risquent le « shutdown », l'arrêt de plusieurs administrations et services fédéraux.

Pour Donald Trump, cette nouvelle session parlementaire est cruciale. Après ses débuts chaotiques à la Maison Blanche, le président a besoin de résultats concrets pour redorer son blason.

Il en est de même pour le parti républicain qui doit prouver qu'il est capable de transformer son agenda politique en actes, s'il veut avoir une chance aux élections de mi-mandat en novembre 2018.

Les entreprises sont taxées actuellement à 35%, elles devraient être plus qu'à 15% si le Congrès veut bien suivre Donald Trump là-dessus, et cela va avec tout un package budgétaire...

Jean-Eric Branaa, maître de conférence à l'université Paris II

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail