Ouragan Irma

Après l'ouragan Irma, l'île de Saint-Martin fait face aux pillages

Un gendarme français chasse des pillards, à Marigot, chef-lieu de Saint-Martin, le 8 septembre 2017, après le passage de l'ouragan Irma.
Un gendarme français chasse des pillards, à Marigot, chef-lieu de Saint-Martin, le 8 septembre 2017, après le passage de l'ouragan Irma. Martin BUREAU / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Après le passage de l'ouragan Irma, qui a dévasté une partie des Caraïbes, à Saint-Martin le chaos profite aux pilleurs. Plusieurs témoignages ont fait état de magasins dévalisés.

Publicité

Dans la ville de Marigot, chef-lieu de la partie française de Saint-Martin, le chaos règne : les toitures sont crevées, éventrées, des débris de tôle, de ferraille et de végétaux jonchent le sol et dans ce climat de désolation, de chaos, une autre peur saisie la population : les pillages. De nombreux magasins ont été dévalisés : des supérettes, des boutiques d'électronique, des bijouteries... Les autorités ne contestent d'ailleurs pas l'anarchie ambiante.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a indiqué ce samedi que la « priorité numéro un est toujours de secourir les populations et de rétablir l'ordre », parce qu'après le passage du cyclone, « ont eu lieu un certain nombre de scènes de pillages ». Deux hommes, dont un adjoint de sécurité de la police aux frontières, ont été arrêtés sur l'île de Saint-Martin, en train de piller du matériel nautique.

Entre les pillages et les rumeurs d'évacuation, « on n'arrive pas à sécuriser tous les points », reconnaissent les forces de l'ordre. Face à l'impunité dont semblent jouir les voleurs, les esprits s'échauffent et les habitants craignent pour leurs habitations. Certains se regroupent pour tenter de protéger ce qui peut encore l'être. Plus de 1 000 secouristes et militaires sont déjà arrivés à Saint-Martin. De nouveaux renforts sont attendus ce lundi.

Il y a au moins une armurerie qui a été pillée, les grandes surfaces et tout ce qui est magasins d'approvisionnement, etc. Pour nous aujourd'hui, la priorité c'est le rétablissement de la sécurité. Les gens sont très très effrayés.

Louis Collomb, vice-président de l'Union des entreprises Medef de Guadeloupe

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail