Venezuela

Venezuela: l'opposition à la recherche de ses candidats aux régionales

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, fin août au palais présidentiel de Miraflores, à Caracas, un livre consacré aux élections régionales entre les mains.
Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, fin août au palais présidentiel de Miraflores, à Caracas, un livre consacré aux élections régionales entre les mains. REUTERS/Marco Bello
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Ce dimanche 10 septembre 2017 ont lieu les primaires de l'opposition vénézuélienne en vue des élections régionales, censées se dérouler le mois prochain. Pour ce scrutin interne, près de 1 000 bureaux de vote seront mis à la disposition des électeurs, qui auront leur mot à dire dans 19 des 23 Etats du pays, les quatre autres ayant réussi à définir leurs candidats à l'unanimité.

Publicité

Avec notre correspondant à Caracas,  Julien Gonzalez

Après de très longues semaines de manifestations depuis fin mars, l'opposition avait refusé de participer à l'élection de la Constituante le 31 juillet dernier, dénonçant « une fraude du pouvoir ». Début août, elle a en revanche décidé de participer aux élections des gouverneurs, qui doivent se dérouler en octobre.

Cette semaine, les députés de l'opposition ont été nombreux à se succéder pour inciter les Vénézuéliens à voter aux primaires. L'enjeu : rassembler les électeurs de l'opposition, alors que les manifestations, presque quotidiennes entre avril et juillet dernier, n'ont plus lieu depuis 1 mois.

Un objectif qui paraît difficile à atteindre, car les Vénézuéliens semblent nombreux à ignorer que des scrutins internes se jouent précisément ce dimanche. Et surtout, l'absence d'une date officielle pour l'élection des gouverneurs, a priori au mois d'octobre, laisse une atmosphère d'incertitude.

A Caracas, le pouvoir souffle le chaud et le froid

En face, le camp présidentiel affirme que les élections se tiendront bien en octobre, mais n'hésite pas à multiplier les avertissements. Par exemple, dans un message directement adressé à l'opposition le mois dernier, signé Diosdado Cabello, élu de la Constituante.

Dans ce message, l'homme fort du parti chaviste au pouvoir, le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) avait notamment affirmé qu'un certificat de bonne conduite devra être remis par l'Assemblée constituante aux candidats pour les élections des gouverneurs.

Et surtout, ce jeudi soir, le chef de l'Etat en personne, Nicolas Maduro, a quant à lui prévenu que « les gouverneurs élus devront se soumettre à la Constituante ». « Sinon, prévient le successeur d'Hugo Chavez, ils seront immédiatement destitués. »

→ Lire aussi : Venezuela, chronique d’un pays en faillite (Visa pour l'image)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail