Accéder au contenu principal
La revue de presse des Amériques

A la Une: l’ouragan Maria poursuit son périple destructeur

Dans une rue de Punta Cana en République Dominicaine, le 20 septembre 2017.
Dans une rue de Punta Cana en République Dominicaine, le 20 septembre 2017. ©REUTERS/Ricardo Rojas

Publicité

Actuellement au nord de l’île d’Hispaniola, c’est-à-dire au-dessus de la République dominicaine et d’Haïti, et bienque désormais en catégorie 3, Maria a tout de même causé de gros dégâts en République dominicaine détaille El Caribe. Le bilan humain selon le quotidien s’élève pour l’instant à un mort. Près de 17 000 personnes ont dû quitter leur logement, dont près de 10 000 pour se rendre dans des abris. Le bilan matériel est lui plus conséquent avec près de trois mille maisons partiellement détruites, vingt-cinq communautés toujours totalement isolées et une quarantaine de ponts endommagés.

Mais les fortes pluies et les inondations qui en résultent devraient engendrer des pertes chiffrées en millions de dollars selon El Caribe. Seul le secteur du tourisme s’en tire bien selon El Listin Diario qui reprend un communiqué de l’association des hôtels et du tourisme en République dominicaine. Quant à Haïti, le pays fait face à des pluies diluviennes qui devraient se prolonger selon Alterpresse. Des inondations dans le nord du pays ont été signalées et selon le site d’information, trois personnes sont décédées : deux ont été foudroyées et une personne qui s’est noyée en tentant de traverser à la nage la rivière Grand Ravine qui était en crue.

Situation catastrophique à Porto Rico

Mais comme le titre El Vocero ce matin : « Porto Rico se relèvera ». La question est : combien de temps faudra-t-il pour que cette île de 3,4 millions habitants retrouve un semblant de normalité ? Car comme le précise le quotidien Maria n’a pas fait d’exception. Toute l’île a souffert les mêmes conséquences et les mêmes ravages. Inondations, maisons détruites, infrastructures très endommagées et un réseau électrique totalement détruit. Voilà pour ce qui est des dégâts au niveau matériel détaille le New York Times.

Le bilan humain lui s’élève à quinze morts. Concernant le réseau : il faudra se montrer très patient. Le quotidien parle de semaines voire de mois avant de rétablir le courant sur l’ensemble du territoire. La Maison Blanche a déjà signé l’état de catastrophe naturelle et des crédits vont être débloqués pour venir en aide au gouvernement local. Des renforts humains vont être également envoyés précise El Nuevo Dia, notamment par la municipalité de New York.

Au Mexique les secouristes continuent leur recherche suite au tremblement de terre

Des recherches qui allaient s’arrêter selon des rumeurs colportées sur les réseaux sociaux durant la journée de ce jeudi. Hier le président Enrique Peña Nieto a tenu à faire taire ces rumeurs confirmant que les recherches se poursuivaient selon Excelsior. Un message répété à maintes reprises devant les médias et sur les réseaux sociaux. La mobilisation des Mexicains et des habitants de la capitale est exemplaire et le pays va se remettre de cette tragédie estime Enrique Peña Nieto. Et il n’y a pas que les habitants qui se mobilisent.

Toutes les formations politiques du pays souhaitent effectuer des dons, précise El Universal. Mais il a fallu attendre le feu vert de l’INE, l’Institut national électoral, pour que cela puisse se faire. Les conservateurs du PAN et le PRI, le parti au pouvoir ont par exemple décidé de reverser les financements publics qui leurs étaient alloués aux victimes du tremblement de terre, toujours d’après El Universal.

Kim Jong-Un promet de faire « payer cher » les menaces de Donald Trump

Durant la nuit de jeudi à vendredi détaille le Washington Post, Kim Jong-un a qualifié le président américain de « déséquilibré mental » suite au discours prononcé devant l’Assemblée générale des Nations unies par Donald Trump qui n’avait pas hésité à menacer la Corée du Nord de destruction totale. Il s’agit, je cite, de « la plus féroce déclaration de guerre de l'histoire » selon le dirigeant nord-coréen qui dit envisager des « contre-mesures radicales » et « historiques » contre les Etats-Unis sans donner plus de détails.

Une réaction qui fait suite aussi à l’annonce de la signature par Donald Trump d’un décret présidentiel hier qui doit permettre un alourdissement des sanctions américaines. Donald Trump qui a tenu à féliciter la décision de la Banque centrale chinoise d’interdire toute transaction financière avec la Corée du Nord.

Au Venezuela les files d’attente devant les stations-service se multiplient

C’est El Nuevo Herald qui l’annonce. Selon le quotidien, il faut passer parfois des heures dans des queues pour pouvoir faire le plein. En cause selon le quotidien les nouvelles sanctions américaines contre le régime de Nicolas Maduro. Et en plus des queues et des problèmes d’approvisionnement, le manque de carburant pourrait accentuer la crise sociale et provoquer de nouvelles manifestations.

Une éventualité que craint le gouvernement à moins d’un mois d’élections régionales. Selon des experts interrogés par le quotidien, si la situation n’évolue pas, cette crise du carburant pourrait marquer le coup de grâce de l’économie vénézuélienne déjà très mal en point.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.