Accéder au contenu principal
Corée du Nord/Etats-Unis

L'escalade verbale entre Pyongyang et Washington se poursuit

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Yong-ho, à l'Assemblée générale des Nations unies, le 23 septembre 2017.
Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Yong-ho, à l'Assemblée générale des Nations unies, le 23 septembre 2017. REUTERS/Eduardo Munoz
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères accuse le président Trump d'avoir « déclaré la guerre » à son pays, par des propos tenus au cours du week-end. Ri Yong-ho a ajouté que Pyongyang se réservait le droit de riposter, y compris en abattant des bombardiers américains qui ne se trouveraient pas dans son espace aérien.

Publicité

« Toutes les options sont sur la table des opérations » a insisté le chef de la diplomatie nord-coréenne, reprenant ainsi mot pour mot les menaces américaines. L’escalade verbale entre les Etats Unis et la Corée du Nord a viré lundi à la pression militaire, rapporte notre correspondante à New York, Marie Bourreau.

C'est lors d'une conférence de presse en marge de l'assemblée générale de l'ONU, que le ministre nord-coréen des Affaires étrangères a tenu ces propos. Ri Yong-ho a d'ailleurs pris les Etats membres à témoin: « Tous, dit-il, devraient clairement se rappeler que ce sont les Etats-Unis qui ont les premiers déclaré la guerre à notre pays ».

Le chef de la diplomatie a ajouté que dans ces conditions, la Corée du Nord a tous les droits d'abattre des bombardiers américains qui s'approcheraient trop près de ses côtes, y compris « s'ils ne sont pas dans l'espace aérien de ce pays ».

Précision importante, car c'est exactement ce qu'il s'est passé samedi. De tels engins avaient été envoyés par le Pentagone à l'est des cotes nord-coréennes.

Appels au calme et à la diplomatie

Le porte-parole de l’ONU a immédiatement réagi. « Quand vous avez une aggravation de la tension, de la rhétorique, alors vous avez un risque d’erreur qui peut conduire à de mauvaises compréhensions. Les déclarations emportées peuvent conduire à des erreurs de jugement fatales ».

La ministre sud-coréenne des Affaires étrangères, Kang Kyung-wha a également appelé les Etats-Unis à « éviter l'escalade » face aux futures probables « provocations » de Pyongyang. « Il est impératif que nous, Corée du Sud et Etats-Unis, ensemble, puissions gérer la situation (...) de manière à éviter une escalade ultérieure des tensions ou des affrontements militaires accidentels qui pourraient rapidement dégénérer », a-t-elle ajouté dans un discours devant le centre de réflexion Center for Strategic and International Studies.

« Il ne peut pas y avoir de nouvelle guerre », a insisté Kang Kyung-wha.

Donald Trump lui est resté étrangement silencieux sur Twitter, laissant le soin à la Maison Blanche de désamorcer la crise. « Il est absurde de suggérer que nous avons déclaré la guerre à la Corée du Nord » s’est insurgée la porte-parole américaine, qui a assuré que l’objectif des Etats Unis restait le même : « la dénucléarisation de la péninsule nord-coréenne ».

Depuis plusieurs semaines déjà, Washington et Pyongyang se sont engagés dans une surenchère verbale. Donald Trump qualifiant Kim Jong-un de « Rocket Man » (homme-fusée en français) ce dernier le traitant de « malade mental ». Le dirigeant nord-coréen avait d'ailleurs déjà évoqué à ce moment-là une « déclaration de guerre ». Et ni l'un ni l'autre ne semblent aujourd'hui disposés à perdre la face. Surtout pas Pyongyang, qui justifie ses ambitions nucléaires par la nécessité de se défendre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.