Accéder au contenu principal
Etats-Unis/Portorico

A Porto Rico, Trump minimise l'ouragan Maria

Le président Trump a notamment rencontré des habitants de zones dévastées par le passage de l'ouragan Maria à Porto Rico.
Le président Trump a notamment rencontré des habitants de zones dévastées par le passage de l'ouragan Maria à Porto Rico. REUTERS/Jonathan Ernst
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le président américain et son épouse sont à Porto Rico, deux semaines après le passage de l’ouragan Maria qui a dévasté l’ile. Une visite jugée tardive sur place où l’administration fédérale a été très critiquée pour sa gestion de la crise. Mais les premiers mots de Donald Trump sur place n’ont pas vraiment réconforté la population.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Porto RicoAnne Corpet

Les autorités locales espéraient du réconfort, pensaient que le président américain allait se rendre compte de l’étendue du désastre en venant sur place. Mais les premières paroles de Donald Trump à son arrivée sur l’île ont sonné comme un reproche. « Cela me désole de le dire, mais Porto Rico nous a fait sortir des rails sur le plan budgétaire » a déclaré le président américain, avant de sembler minimiser le bilan de la catastrophe : « seize morts, c’est peu par rapport aux centaines et centaines de morts qu’il y a eu après le passage de Katrina à la Nouvelle-Orléans » a-t-il fait remarquer. Mais ici, les autorités rappellent que ce bilan pourrait augmenter.

Depuis deux semaines, le torchon brûle entre Porto Rico et Washington. Donald Trump ne cesse de louer les efforts déployés par l’administration fédérale pour venir en aide aux habitants mais sur place, la population trouve que les secours ont été bien longs à venir, et qu’ils restent insuffisants. Les premiers mots prononcés par le président américain à son arrivée à Porto Rico ne risquent pas d’apaiser le climat.

Si la situation s’améliore, sur place il reste beaucoup à faire. A San Juan, la capitale, des camions-citernes ravitaillent depuis ce mardi matin les stations-service en essence, et c’est très important car il n’y a plus du tout d’électricité dans l’île et il faut du carburant pour alimenter les générateurs. Les routes du centre de l’île sont maintenant déblayées ce qui devrait rapidement permettre aux camions de passer pour convoyer ces précieux générateurs dans les zones qui en sont dépourvues.

L’absence d’électricité complique sérieusement le fonctionnement du système hospitalier, les pompes à eau ne fonctionnent pas et plus de la moitié de la population est privée d’eau potable. Le prix des bouteilles d’eau a grimpé en flèche à 10 dollars le litre ici à San Juan. Et d'après les experts, le courant électrique ne sera pas rétabli en totalité avant au moins six mois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.