Fifa / Football

Corruption au sein de la Fifa: ouverture du procès de 3 dirigeants à New York

Le logo Fifa au siège de l'instance du football mondial, à Zurich, en Suisse, le 10 janvier 2017.
Le logo Fifa au siège de l'instance du football mondial, à Zurich, en Suisse, le 10 janvier 2017. REUTERS/Arnd Wiegmann/Files

A New York, s'ouvre, ce lundi 6 novembre, le procès de dirigeants de la Fifa, deux ans et demi après le scandale qui avait éclaté en Suisse avec l'arrestation de sept hauts responsables de l'institution du football mondial. Depuis, 42 personnes ont été mises en cause dans le volet américain de l'enquête, mais seulement trois vont comparaître dès ce lundi à Brooklyn.

Publicité

Trois dirigeants seulement comparaissent, car parmi les 39 autres responsables de fédérations, confédérations ou dirigeants de sociétés marketing impliqués dans cette affaire de corruption, 24 ont plaidé coupable et se sont déclarés prêts à collaborer avec la justice pour diminuer leur peine. Quinze autres sont encore à l'étranger, en attente d'être jugés, en France ou en Suisse, les pays des deux autres volets de cette enquête, ou parce qu'ils luttent contre leur extradition.

Les trois hommes sur le banc des accusés plaident « non coupables ». Ce sont tous des Sud-Américains. José Maria Marin, 85 ans, ex-président de la fédération brésilienne, la seule des sept personnes arrêtées à Zurich en mai 2015 à n'avoir jamais reconnu les faits. Il est accusé d'avoir encaissé des millions de dollars pour des attributions de droits TV ou des organisations de tournois.

Vingt-cinq ans de corruption

Mêmes chefs d'inculpation pour Juan Angel Napout, 59 ans, ancien président de la fédération paraguayenne et de la confédération sud-américaine. Comme les autres, il est en liberté surveillée après avoir payé 20 millions de dollars de caution. Enfin, le Péruvien Manuel Burga, 60 ans, qui était membre du comité de développement de la FIFA et aurait encaissé lui aussi d'énormes pots-de-vin autour de l'organisation de plusieurs Copa America.

Ce procès, qui devrait durer plusieurs semaines, doit montrer comment la corruption a gangrené pendant près de 25 ans la plus haute hiérarchie du football mondial.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail