Accéder au contenu principal
Bolivie

Bolivie: élection des juges au suffrage direct, les Boliviens excédés

Une responsable du dépouillement dans un bureau de vote montre un bulletin sur lequel est inscrit «dehors, tyran!», le 3 décembre 2017.
Une responsable du dépouillement dans un bureau de vote montre un bulletin sur lequel est inscrit «dehors, tyran!», le 3 décembre 2017. REUTERS/David Mercado

Le week-end dernier, les Boliviens se sont rendus aux urnes pour une élection unique au monde : c'est le seul pays qui vote pour les magistrats des hautes instances judiciaires, parmi lesquelles le Tribunal constitutionnel et le Conseil de la magistrature. Mais cette élection ne plaît pas à tout le monde et l’opposition a appelé les citoyens au vote nul afin qu'ils puissent exprimer leur désaccord avec la politique du président Evo Morales. Et il semblerait que l’appel ait été entendu : 53% de votes nuls ont été décomptés. Ajoutés aux votes blancs, ce sont plus de 65% des voix qui se sont exprimées de cette manière.

Publicité

De notre correspondante,

Sur tous les réseaux, les photos prises dans les bureaux de vote boliviens fleurissent. Elles sont partagées ou bien par les votants eux-mêmes ou par les responsables du dépouillement. Et il y a vraiment de tout. Il y a d’abord la catégorie des « pas sérieux » qui votent pour Batman, font une demande en mariage ou encore commentent le football. Et puis il y a les autres, les critiques, comme ce dessin d’un extraterrestre disant « peu importe pour qui vous votez votre pays est condamné », un autre message où l’on peut lire, « dehors les tyrans » ou encore une plaque de policier insérée dans l’enveloppe avec écrit « la police est avec le peuple ».

Mais quel est exactement le reproche que l’on fait à Evo Morales ?

Tout d’abord, à peine quelques jours avant l’élection, le Tribunal constitutionnel a accepté une quatrième candidature du président Evo Morales aux prochaines présidentielles bien que la Constitution l’interdise, et que les Boliviens aient dit « non » à ce cas de figure lors d’un référendum en février 2016. Il y a eu d’ailleurs beaucoup de références à ce référendum, comme  par exemple « le peuple a dit non » écrit en travers d’un bulletin ou encore « rappelle-toi du 21 février 2016». En plus de cette récente décision qui crée beaucoup de tensions, l’opposition appelait à voter nul depuis des mois déjà car, selon elle, les candidats magistrats ont été présélectionnés par l’Assemblée nationale selon leurs idées politiques, en accord avec celles du gouvernement, et non pas selon leurs capacités.

Les réseaux sociaux, le grand défouloir

Les citoyens ont la sensation que l'humour, le sarcasme, et on peut le dire, la créativité sont tout ce qu'il leur reste. Les Boliviens ont ainsi cherché à exprimer leur désarroi face à une démocratie qu’ils sentent en danger. Quelque part ils disent « notre opinion n’a pas été respectée lors du dernier vote, pourquoi prendre celui-ci au sérieux ? » Une photo de bulletin qui a été très partagée sur les réseaux, c’est un dessin d’Evo Morales couronné, paraissant ainsi comme un monarque autoproclamé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.