Etats-Unis

Les transgenres de nouveau admis dans l'armée américaine

Manifestation de soutien aux transgenres le 28 juillet 2017, à Mexico, devant l'ambassade américaine.
Manifestation de soutien aux transgenres le 28 juillet 2017, à Mexico, devant l'ambassade américaine. ALFREDO ESTRELLA / AFP

C’est un revers pour Donald Trump, un juge fédéral américain autorise l’armée à recruter des personnes transgenres. Fin juillet, le président américain avait tweeté que les transgenres ne pourraient plus servir dans l’armée. Sa décision controversée a été temporairement bloquée par un tribunal admistratif ce lundi 11 décembre. Comme l’avait décidé Barack Obama, le Pentagone pourra donc commencer à recruter des transgenres dès le 1er janvier.

Publicité

De notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve

La décision d’ouvrir l’armée aux transgenres avait été prise par Barack Obama. Elle prévoyait leur incoporation dès juillet 2017 à condition d’avoir terminé leurs traitements hormonaux depuis au moins 18 mois. Mais dans un tweet fin juillet Donald Trump annoncait sa supression pure et simple en raison du « coût énorme de leurs frais médicaux ».

Ce lundi 11 décembre, la justice administrative en a décidé autrement. Le recours du ministère de la Justice déposé mercredi 6 décembre a été rejeté par une juge de Washingon au motif que cette interdiction pourrait violer des garanties constitutionnelles et l’égalité devant la loi. Dès le 1er janvier 2018 des recrues ouvertement transgenres pourront donc bien incorporer l’armée américaine contrairement à la volonté de Donald Trump. Ces dernières seraient déjà entre 7 et 15 000 à servir dans une armée d’1,3 millions millitaires. Ces recrues ont annoncé leur orientation après integration comme Chelsea Manning, la célèbre informatrice de Wikileaks.

L’administration Trump ne s'avoue pas vaincue pour autant. Selon la porte-parole de la Maison Blanche « le département de la justice examine actuellement tous les recours pour que la directive du président soit mise en oeuvre ».
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail