Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Etats-Unis: le discours de Donald Trump froisse la Chine et la Russie

Le président américain Donald Trump lors de son discours sur la stratégie américaine de stratégie nationale, le 18 décembre 2017 à Washington.
Le président américain Donald Trump lors de son discours sur la stratégie américaine de stratégie nationale, le 18 décembre 2017 à Washington. MANDEL NGAN / AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Comme déjà pendant sa campagne électorale, Donald Trump déterre à nouveau la hache de guerre, en tout cas verbalement. Dans son discours sur la sécurité nationale, il a attaqué de front les « deux puissances rivales » des Etats-Unis, la Chine et la Russie. Selon lui, ces derniers essaient de remettre en cause l’influence, les valeurs et la richesse de l’Amérique.

Publicité

La réaction de Pékin n’a pas tardé. La Chine n’apprécie pas ces nouvelles attaques américaines. Hua Chunying, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères dénonce ainsi « la mentalité de guerre froide » du président Donald Trump. L’ambassadeur chinois à Washington parle pour sa part d’une attitude « égoïste » risquant d’« isoler » les Etats-Unis.

Fini en effet la diplomatie conciliante d’un Barack Obama qui avait qualifié la Chine de « partenaire stratégique ». Pour Donald Trump, « l’empire du milieu » est un concurrent qui risque de « saper la sécurité et la prospérité » des Etats-Unis. Pékin riposte donc sur un ton aussi déterminé qu’agressif. « Nous pressons les Etats-Unis d’arrêter de déformer volontairement les intentions stratégiques de la Chine », a déclaré la porte-parole.

Une douche froide à Pékin

Hua Chunying insiste : « La Chine ne cherchera jamais à se développer en sacrifiant les intérêts des autres pays ». Mais, dit-elle, « nous ne renoncerons jamais à nos droits et nos intérêts légitimes ».

Le discours de Donald Trump est ressenti comme une douche froide à Pékin, explique notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt. D’autant qu’il y a encore un mois, la visite du président américain avait permis de briser la glace et, au passage, de signer une multitude d’accords commerciaux pour une valeur de plus de 200 milliards d’euros.

Une réaction ferme mais ouverte depuis Moscou

Même tonalité du côté de Moscou, accusé par Washington dans son dernier rapport sur sa stratégie de sécurité nationale de créer des divisions avec les alliés et partenaires de Washington. « Le caractère impérialiste de ce document est évident, tout comme le refus de renoncer à un monde unipolaire, un refus insistant », a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin.

Dmitri Peskov souligne par ailleurs que les autorités russes « ne peuvent pas accepter qu'on traite le pays comme une menace à la sécurité des Etats-Unis ». Une réaction ferme, mais qui laisse tout de même la porte ouverte à Washington, rapporte notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot. Le porte-parole du Kremlin note ainsi qu’il existe des élements positifs dans ce rapport. Les autortiés russes ont sans doute noté que Donald Trump, dans son discours, se montrait moins offensif que les auteurs du rapport.

Poutine n'a pas évoqué le rapport

Le Kremlin garde aussi peut-être en mémoire les deux conversations  téléphoniques qui ont eu lieu la semaine dernière entre Donald Trump et Vladimir Poutine. Deux conversation dont le ton était inhabituellement chaleureux à la faveur sans doute de cet attentat déjoué à Saint-Pétersbourg grâce à des renseignements américains.

Le Kremlin ne pouvait faire autrement aujourd’hui que de dénoncer le ton et le contenu de ce rapport sur la stratégie de sécurité nationale américaine. Mais visiblement il n’y a pas de volonté de s’engager dans une énième confrontation verbale avec Washington. D’ailleurs Vladimir Poutine qui s’est exprimé publiquement aujourd’hui n’a pas évoqué lui-même ce rapport, et a laissé son porte-parole s’en charger, ce qui est sans doute révélateur.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.