Accéder au contenu principal
Venezuela

Venezuela: les pillages se multiplient sur fond d'inflation record

Un supermarché pillé à Maracay dans l'Etat d'Aragua au Venezuela, le 27 juin 2017.
Un supermarché pillé à Maracay dans l'Etat d'Aragua au Venezuela, le 27 juin 2017. FEDERICO PARRA / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Au Venezuela, les pillages nocturnes de supermarchés et d'autres magasins d'alimentation sont de plus en plus réguliers face à l'hyperinflation. La presse vénézuélienne évoque des scènes de chaos dans l'est et le nord du pays, notamment dans l'Etat d'Aragua où les forces de l'ordre n'ont pu empêcher le vol de la cargaison d'un camion. Le pays souffre d'une inflation galopante et de graves pénuries d'aliments et de médicaments.

Publicité

A Guayana, dans l'est du pays, la garde nationale et la police ont dû tirer en l'air pour disperser les pilleurs d'un supermarché. De telles scènes sont rapportées par la presse vénézuélienne chaque jour, particulièrement depuis les fêtes de fin d'année. Et elles ne sont pas forcément condamnées par la population locale.

Haydee Chirinos vit à Punto Fijo, dans l'Etat de Falcon, dans l'est du pays, une zone également touchée par ces pillages. « Un kilo de viande coûte plus cher que le salaire mensuel d'un ouvrier et le prix peut augmenter en quelques heures le même jour, assure-t-il. C'est donc très difficile d'avoir accès à la nourriture, et puis il n'y en a pas, ou très peu ! Par exemple, quand on va dans les boucheries, il n'y a pas de viande, pas de poulet. Tous ces gens qui n'ont plus accès à la nourriture sont tellement désespérés qu'il ne leur reste plus qu'à piller. »

Le FMI prévoit une inflation de 2 300 % en 2018. Vendredi, le gouvernement vénézuélien avait ordonné aux chaînes de supermarchés privées de baisser leur prix. Il a aussi à nouveau relevé le salaire minimum de 40 % au 1er janvier. Des salaires qui ne cessent pourtant de baisser en raison de la constante dépréciation du bolivar. Une situation attribuée par le président Nicolas Maduro à l'opposition et aux Etats-Unis, complices selon lui d'une guerre économique contre le Venezuela.

Face à une situation économique qui ne cesse de s'aggraver, le pape François a évoqué ce lundi une crise « sans précédent ». Il appelle « à répondre sans tarder aux besoins primaires de la population ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.