Accéder au contenu principal
Colombie

La Colombie au top du bonheur

Une étude classe la Colombie parmi les pays les plus heureux au monde (photo d'illustration).
Une étude classe la Colombie parmi les pays les plus heureux au monde (photo d'illustration). RFI /Véronique Gaymard
3 mn

La Colombie vient d'être désignée deuxième pays le plus heureux au monde après les îles Fidji. D'après la dernière étude de Gallup International et du Centre national de consultation du pays, 89 % des Colombiens affirment être contents, pour seulement 9 % de malheureux.

Publicité

Avec notre correspondante en Colombie,

L’étude sur le bonheur qui vient de paraître (en anglais) estime que, sur les 1000 personnes interrogées en Colombie, la majorité s'y sent bien. En d'autres termes, 88 Colombiens sur 100, de tous âges et de toutes catégories socioprofessionnelles confondues, sont heureux dans le pays. Près de la moitié pensent que 2018 sera meilleure que 2017 et 25 % qu'elle sera similaire.

Si on rapporte cela à l'indice de bonheur qui sert à définir ce classement, la Colombie cumule 86 points. Juste derrière les îles Fidji qui en totalisent 92. C'est la deuxième fois consécutive que les îles sont classées numéro 1. Les Philippines sont 3ème, le Mexique 4ème et le Vietnam 5ème de ce sondage qui a évalué 55 pays et interrogé près de 54 000 personnes.

Un classement critiqué

Ce n'est pas la première fois que la Colombie partie d'un classement de ce type. En 2016, elle avait remporté le titre du «pays le plus heureux du monde» du Baromètre global du bonheur et de l'espoir dans l'économie et en 2012 elle était arrivée en tête, déjà, du classement de Gallup International.

Toutefois, beaucoup ne croient pas aux résultats de cette enquête. Ce qui est assez logique, car la situation n'est pas si parfaite dans le pays. Le salaire minimum, d’environ 260 euros est le plus bas de la région. Les scandales de corruption explosent et des enfants meurent de faim dans la région côtière de La Guajira.

Une étude fondée sur le ressenti des sondés

Plusieurs facteurs expliquent pourtant ces résultats. Les analystes et les anthropologues expliquent que les Colombiens ont une capacité à se relever et à faire face aux problèmes. Ils sont adeptes du proverbe « a mal tiempo, buena cara », ce qui signifie « en temps de crise on fait bonne figure ». Ainsi, ils font la fête et chantent à longueur de temps. Par ailleurs, la culture colombienne est très axée sur la famille et les amis. Toute occasion est bonne pour partager avec ses proches.

Enfin, il y a la méthode utilisée pour réaliser l'étude. Le Centre national de consultation colombien a posé 12 questions subjectives sur le ressenti des habitants et non sur des critères économiques ou sociaux. Malgré tout, la marge d'erreur est estimée par l’organisme entre 3 et 5 %.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.