Accéder au contenu principal
Brésil

Comment se protéger des abus policiers au Brésil : les conseils d’une vidéo

Les populations des favelas de Rio sont majoritairement noires ou métissées et sont régulièrement victimes de préjugés et de racisme de la part des forces de l’ordre. Ici, un soldat le 5 août 2017 à Rio.
Les populations des favelas de Rio sont majoritairement noires ou métissées et sont régulièrement victimes de préjugés et de racisme de la part des forces de l’ordre. Ici, un soldat le 5 août 2017 à Rio. Apu Gomes / AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Au Brésil, un guide de survie pour les populations des favelas publié samedi 17 février dernier fait le buzz sur internet. Alors que l’armée occupe désormais la ville pour contrôler la criminalité, trois jeunes ont fait une vidéo, non sans ironie, apportant des conseils sur la manière de se comporter face à une intervention abusive des forces de l'ordre.

Publicité

Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

C’est une courte vidéo, d’à peine trois minutes, mais qui a été vue plus de deux millions de fois et partagée par plus de 65 mille personnes sur les réseaux sociaux depuis sa publication samedi 17 février. Dans cette vidéo, trois jeunes Brésiliens, avec humour et ironie, donnent des tuyaux aux habitants noirs. Un discours qui a fait écho surtout à Rio de Janeiro et en particulier dans les quartiers pauvres et déshérités de la ville.

« Nous avons fait cette vidéo pour vous donner des conseils, parce que nous, les noirs, nous sommes toujours les cibles d’abus, de représailles, entonne un premier. Alors si vous êtes noir, soyez attentifs ! Ne sortez pas trop tard de chez vous, continue un autre, malheureusement la nuit, dans le regard des autres, vous n’êtes pas seulement noir, mais aussi un criminel dangereux. »

Les populations des favelas de Rio sont majoritairement noires ou métissées – et régulièrement victimes de préjugés et de racisme de la part des forces de l’ordre.

Des conseils pour enregistrer « des preuves sur l’identité de l’agent qui vous a arrêté »

La vidéo a été mise en ligne à la veille de l’intervention de l’armée dans Rio de Janeiro. Car à cause d’une explosion de criminalité, le président brésilien Michel Temer a décidé de confier l’administration des forces de l’ordre à un général de l’armée. Soit une mesure inédite depuis la fin de la dictature, que l'Ordre des avocats brésiliens (OAB) a d'ailleurs jugée inconstitutionnelle.

Elle a été réalisée par trois jeunes Afro-Brésiliens, tous impliqués dans la lutte contre le racisme, notamment un journaliste du site FavelaDaRocinha.com, site d'informations sur cette favela de Rio très connue, fait par ses habitants.

Dans la vidéo, les jeunes recommandent bien sûr de toujours porter sa carte d’identité ou son contrat de travail sur soi, mais surtout de se préparer à dénoncer les abus. « Si on vous arrête dans un lieu public, s’il vous plaît, enregistrez tout avec votre portable, insistent les trois jeunes noirs à l’accent carioca. C’est la meilleure solution pour avoir des preuves sur l’identité de l’agent qui vous a arrêté et sur la raison de l’arrestation. »

Une situation chaotique à Rio

La violence dans les quartiers pauvres de la « ville merveilleuse » est quotidienne, avec des échanges de tir réguliers entre policiers et trafiquants de drogue. Désormais, des milliers de soldats patrouillent les rues et remplacent la police. Mercredi 21 février, une personne est morte et deux autres ont été blessées dont un enfant, dans une opération de police dans la lointaine banlieue de Rio de Janeiro. Les bavures sont régulières, les balles perdues aussi.

L’arrivée de l’armée dans ce conflit latent risque d’accroître le risque d’abus à l’encontre des jeunes Afro-Brésiliens.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.