Accéder au contenu principal
Haïti

Victimes de racisme, des centaines d'Haïtiens fuient la République dominicaine

Le problème des discriminations raciales envers les Haïtiens de République dominicaine est ancien. Sur cette photo datant de 2013, une descendante d'Haïtiens à Saint-Domingue manifeste devant le Parlement, le 12 juin 2013, pour faire valoir ses droits.
Le problème des discriminations raciales envers les Haïtiens de République dominicaine est ancien. Sur cette photo datant de 2013, une descendante d'Haïtiens à Saint-Domingue manifeste devant le Parlement, le 12 juin 2013, pour faire valoir ses droits. AFP PHOTO/Erika SANTELICES
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le calme est revenu dans la commune dominicaine de Pedernales, à la frontière sud avec Haïti. Il faut dire que le gouvernement a envoyé de larges renforts militaires et policiers depuis Santo Domingo. Lundi, des Dominicains avaient défilé dans les rues de la petite ville en lançant un ultimatum : ils exigeaient le départ sous 24 heures de tous les immigrés haïtiens. Ces menaces xénophobes interviennent à la suite d'un fait divers, un double meurtre qui aurait été commis par un ressortissant haïtien. Pour les associations haïtiennes de défense de migrants, c'est surtout une nouvelle preuve du racisme latent qui perdure dans le pays voisin.

Publicité

Avec notre correspondante à Port-au-Prince,  Amélie Baron

Après le meurtre d'un couple d'agriculteurs dominicains à Pedernales, crime pour lequel les Dominicains tiennent pour responsables trois hommes d'origine haïtienne, les tensions sont vives. La population locale a posé un ultimatum aux Haïtiens pour que ceux-ci quittent la ville et la République dominicaine.

Plusieurs centaines d'Haïtiens ont fui lundi 12 soir la République dominicaine par peur des violences. Ces familles se sont réfugiées dans la première ville haïtienne après la frontière, Anse-à-Pitre. La commune est très pauvre, aussi plusieurs associations leur portent-elles assistance.

Parmi elles, le service jésuite aux migrants. Jean-Robert Déry en est le directeur. Il sait que, vue cette précarité, ces Haïtiens vont retraverser la frontière, malgré le racisme qu'ils subissent. « Leur vie est en République dominicaine, donc quand le calme reviendra, ils retourneront en République dominicaine. Mais le racisme est toujours là dans leur quotidien. Il y aura toujours des confrontations entre les Haïtiens et les Dominicains en République dominicaine. Parce que parfois ils veulent "dominicaniser" la République dominicaine, ce qui veut dire non seulement sans les Noirs mais seulement les Dominicains qui sont nés de parents dominicains. Ils renvoient en Haïti des Dominicains noirs. Le simple fait d'être noir fait de nous une cible en République dominicaine. »

Suite aux incidents de Perdernales, des concertations ont été initiées entre les autorités des deux pays, mais pour l'heure aucune mesure concrète n'a été prise pour apporter une solution durable à ce racisme.

Chérubin Joseph est le président de l'association des travailleurs haïtiens en République dominicaine. Il égrène des exemples des actes racistes qui sévissent à l'égard des Haïtiens.

Les autorités ont leur part de responsabilité. Comme par exemple, les sénateurs ou les députés qui parlent d'"invasion" d'Haïtiens dans ce pays. Ces propos poussent la population à commettre des actes violents à l'encontre des Haïtiens.

Chérubin Joseph

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.