Accéder au contenu principal
Mexique

Frontière mexicaine: Trump menace de déployer l'armée en attendant le mur

U.S. President Donald Trump delivers remarks on the Infrastructure Initiative at the Local 18 Richfield Training Site in Richfield, Ohio, U.S., March 29, 2018.
U.S. President Donald Trump delivers remarks on the Infrastructure Initiative at the Local 18 Richfield Training Site in Richfield, Ohio, U.S., March 29, 2018. REUTERS/Yuri Gripas
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Pour lutter contre l’immigration clandestine, en attendant la construction de son mur qui n’a toujours pas commencé, Donald Trump souhaite déployer l’armée le long de la frontière avec le Mexique. Une frontière rendue poreuse, selon lui, par le laxisme des autorités mexicaines et de son prédécesseur, Barack Obama.

Publicité

Avec notre correspondant aux Etats-Unis,  Eric de Salve

A l’origine de cette nouvelle série de commentaires anti-immigration de Donald Trump, qui dure depuis plusieurs jours, les images d’une caravane menée par une ONG ; 1 500 migrants partis d’Amérique centrale en bus et à pied pour dénoncer la fin de la corruption dans leur pays et demander l’asile aux Etats-Unis.

Depuis 2010, l'ONG «pueblo sin fronteras» encadrait ainsi des caravanes de migrants avec un double objectif : leur faciliter la traversée du pays ainsi qu'attirer l'attention sur le phénomène migratoire. Objectif : traverser le Mexique jusqu'aux Etats Unis ; près de 3000 km qui seront parcourus en autocars.

Donald Trump a demandé au Mexique d’arrêter cette caravane, allant jusqu’à menacer de renégocier le traité de libre-échange Alena. Il a répété son souhait d’ériger un mur le long de la frontière, même s'il n'est toujours pas parvenu à convaincre le Congrès de débloquer les 20 milliards de dollars nécessaires à sa construction.

« Jusqu’à ce que nous ayons un mur, nous allons protéger notre frontière avec l’armée, c’est un grand pas », assure Donald Trump. Immédiatement après cette déclaration, l’ambassadeur du Mexique a demandé des explications aux Etats-Unis : « Nous partageons le but d’une frontière sûre, dit-il, mais nous ne sommes pas toujours d’accord sur la façon de l’atteindre. »

Contrairement à ce qu’affirme Donald Trump, des soldats américains le long de la frontière mexicaine ne constituerait pas une première : la garde nationale, corps de réserve de l’armée, est déjà intervenue sur cette frontière sud. En 2010 sous Barack Obama et en 2006 sous George Bush.

En attendant, face à la pression du voisin américain, les autorités mexicaines ont pris en charge le dossier de la caravane. Et après avoir parcouru seulement 400km, celle-ci a été stoppée à Matias Romero, dans le sud du Mexique. Sur les 1500 migrants, 400 sont renvoyés dans leur pays, d'autres reçoivent des visas humanitaires, ou des laissez-passer temporaires.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.