Etats-Unis

Les démocrates portent plainte contre l'équipe de Trump, la Russie et WikiLeaks

Tom Perez, chef du Parti démocrate, parle d'un «acte de trahison sans précédent», en référence aux soupçons de collusion entre l'équipe de campagne de Trump et de la Russie.
Tom Perez, chef du Parti démocrate, parle d'un «acte de trahison sans précédent», en référence aux soupçons de collusion entre l'équipe de campagne de Trump et de la Russie. REUTERS/Joshua Roberts

Aux Etats-Unis, le Parti démocrate porte plainte contre des responsables de l'équipe de campagne de Donald Trump, contre la Russie et contre WikiLeaks. Tous sont accusés d'avoir conspirés pendant la campagne électorale de 2016 contre Hillary Clinton et en faveur de Donald Trump. Le Parti démocrate a déposé une plainte au civil devant une cour fédérale de Manhattan.

Publicité

La plainte vise des figures de l'équipe de campagne du président américain, notamment son fils Donald Trump Jr et son gendre Jared Kushner. Elle vise aussi le gouvernement russe, son agence de renseignement militaire et le site WikiLeaks, ainsi que son fondateur Julian Assange, explique notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve.

Dans un communiqué, Tom Perez, chef du Parti démocrate, estime que « ce fut un acte de trahison sans précédent : l'équipe de campagne d'un candidat à la présidence des Etats-Unis liguée à une puissance étrangère hostile pour multiplier ses chances de remporter la présidentielle. »

La plainte déposée devant une cour fédérale de Manhattan assure par exemple qu'un proche conseiller de Trump savait que WikiLeaks allait diffuser des informations portant sur l'utilisation, par Hillary Clinton, d’un serveur privé au lieu des canaux officiels sécurisés lorsqu’elle était secrétaire d’Etat. Or, les données publiées par WikiLeaks ont été obtenues par des piratages du renseignement militaire russe, selon un rapport des services secrets américains.

Cette affaire avait empoisonné la campagne de la candidate démocrate et galvanisé les partisans de son rival républicain. Donald Trump, qui a toujours démenti toute collusion avec la Russie, a ironisé sur Twitter en qualifiant la plainte de « bonne nouvelle », puisque, explique-t-il, « nous allons répliquer ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail