Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Avortement aux Etats-Unis: Trump s'attaque au financement du planning familial

Le tandem présidentiel américain, Donald Trump et Mike Pence, confirme ses positions ultra-conservatrices en matière d'avortement. Photo: Washington, avril 2018.
Le tandem présidentiel américain, Donald Trump et Mike Pence, confirme ses positions ultra-conservatrices en matière d'avortement. Photo: Washington, avril 2018. REUTERS/Kevin Lamarque
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le 22 mai, Donald Trump doit prononcer un discours au « gala de la campagne pour la vie », un mouvement « pro-life », c'est-à-dire opposé à l'avortement. Vendredi 18 mai 2018, le département américain de la Santé a lancé un processus réglementaire pour qu'à terme, des subventions ne soient plus allouées aux centres de santé qui ne sépareraient pas physiquement leurs activités de planning familial et d'avortement. Car, pour l'administration, l'interruption volontaire de grossesse ne relève pas du planning familial.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington,  Anne Corpet

C'est un ancien règlement remis sur les rails. Il prévoit d'obliger les établissements qui perçoivent des fonds fédéraux à pratiquer les avortements dans un bâtiment séparé de leurs autres activités. Concrètement, cela risque de revenir à supprimer le financement public des centres du planning familial américain.

Plusieurs étapes administratives doivent encore être franchies pour que la mesure s'applique, mais elle comble déjà les opposants à l'avortement, comme l'ancien gouverneur Mike Huckabee. « Il s'agit d'êtres humains, de bébés, ils sont peut-être dans le ventre, mais leur cœur bat ! », plaide ce dernier.

A ses yeux, « l'avortement est un outrage, une honte, un génocide », auquel il serait « temps de mettre fin ». Et de conclure par un hommage à Donald Trump pour ses positions « pro-life » : « Je suis vraiment fier de ce président qui respecte l'aspect sacré de la vie et j'espère que cette mesure aboutira. »

A l'inverse, « l'administration Trump recommence à vouloir retirer aux femmes des droits de santé fondamentaux », a réagi Nancy Pelosi, chef de la minorité démocrate à la Chambre des représentants. Chaque année, 60 millions de dollars sont distribués aux centres du planning familial, surtout fréquentés par des femmes à bas revenus.

→ À relire : Les anti-avortement revigorés par la présidence Trump

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.