Accéder au contenu principal
Venezuela

Venezuela: dans le quartier de Petare, la crise fait plus parler que le scrutin

Le quartier de Petare, dans la capitale vénézuélienne.
Le quartier de Petare, dans la capitale vénézuélienne. RONALDO SCHEMIDT / AFP
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Ce dimanche 20 mai 2018, les Vénézuéliens sont appelés à élire un président. Le grand favori du scrutin, qui se déroule sur fond de crise économique sans précédent, est le chef de l'Etat sortant, Nicolas Maduro. La courte campagne électorale n’a pas mobilisé la population, plutôt préoccupée par un quotidien de plus en plus difficile, et qui se demande jusqu’à quand cette crise peut durer. Reportage à Petare, un quartier de Caracas et plus grand bidonville d’Amérique latine.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Petare,  Achim Lippold

Sur le petit marché, à l’entrée de Petare, les étals sont bien remplies. Mangues, bananes, manioc, courgettes, tomates… le choix est plutôt large. Le problème, ce sont les prix, nous explique Dina qui fait ses courses pour le week-end :

« Je voulais acheter des tomates mais je me suis rendu compte que le kilo est déjà à 1 million de Bolivars. Je me dis : quoi, 1 million ? Mardi dernier, il était à 400 000, imaginez-vous ! »

Dans les commerces, l’argent liquide se fait rare. Les Vénézuéliens payent de plus en plus avec des cartes bancaires. José revient de la boucherie où il va une fois par mois. « J’essaie de survivre », confie-t-il.

« Regardez, un peu de poulet et des saucisses : 3 millions de bolivars ! C’est plus que le salaire minimum. Avant, je faisais partie de la classe moyenne. Mais j’ai l’impression que tout le monde est descendu dans la classe "pauvreté". »

Pauvreté, faim, crise ; trois mots qui, selon Maximilian, sympathisant chaviste, sont une pure invention des médias et de l’opposition. « Franchement, dit-il, ils exagèrent. On n’est pas en train de mourir de faim. Certes, c'est dur, les choses coûtent cher, mais bon, on y arrive. »

A Petare comme ailleurs dans les pays, les files d’attente se multiplient. Diana fait la queue devant une boulangerie : une heure pour acheter quatre pains.

Exaspérée et sans espoir que la situation change, elle a décidé de bouder les urnes. « Je ne voterai pas. On connait déjà les résultats. Mais c’est la première fois que je ne voterai pas ! »

→ A la Une de la presse des Amériques : une fin d’une campagne dans un climat pesant

«Faire ses courses sur le marché de Petare à Caracas»: à écouter aussi sur RFI

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.