Accéder au contenu principal
Migrations

Les Etats-Unis proposent un humanitaire très controversé à la tête de l'OIM

L'administration Trump soutient la candidature du très controversé Ken Isaacs à la direction de l'OIM.
L'administration Trump soutient la candidature du très controversé Ken Isaacs à la direction de l'OIM. Fabrice COFFRINI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'Organisation mondiale pour les migrations (OIM) doit se choisir aujourd’hui son nouveau directeur général. Et c’est un candidat ouvertement islamophobe, homophobe et climato-sceptique qui pourrait accéder au poste. L’administration Trump a présenté le nom de Ken Isaacs, l’ancien vice-président de Samaritan’s purse, une ONG humanitaire chrétienne proche des milieux évangéliques. Un profil qui suscite de nombreuses controverses.

Publicité

Avec notre correspondant à New York, Marie Bourreau

A 65 ans, Ken Isaacs possède à son actif une solide carrière d’humanitaire. C’est en tous les cas ce qu’il met en avant dans une vidéo promotionnelle où il assure avoir « consacré sa vie à aider les gens dans le besoin à travers le monde » alors qu’on le voit sur le terrain évacuer des blessés ou s’adresser à des réfugiés.


Sauf que ce portrait a été très écorné par une série de tweets discriminatoires retrouvés par les médias américains qui font tâche quand on veut prendre la tête de l’agence de l’ONU pour les migrations. Ken Isaacs y compare l’islam à une religion violente et estime que la priorité absolue devrait être donnée aux réfugiés chrétiens. Interrogé, il s’était excusé puis avait estimé que ses tweets avaient été sortis de leur contexte.

Mais il n’en était pas à sa première polémique. À l’été 2016, il avait déjà estimé qu’un mur devrait être construit dans les Alpes pour mieux contrôler l’afflux de réfugiés en Europe. Malgré les controverses, Ken Isaacs a le soutien sans faille de l’administration Trump.

Les 169 états membres de l’OIM devront donc décider s’ils osent défier la traditionnelle mainmise américaine sur ce poste. Sans quoi Washington pourrait décider de nouvelles coupes budgétaires à l’heure où la crise migratoire est l’enjeu de la prochaine décennie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.