Environnement

Procès contre Monsanto aux Etats-Unis: le témoignage poignant de Dewayne Johnson

Procès contre Monsanto: Dewayne Johnson lors d'une audience préliminaire le 9 juillet 2018 à San Francisco: atteint d'un cancer en pahse terminale, l'ancien jardinier est le premier aux Etats-Unis à avoir attaqué l'empire agrochimique.
Procès contre Monsanto: Dewayne Johnson lors d'une audience préliminaire le 9 juillet 2018 à San Francisco: atteint d'un cancer en pahse terminale, l'ancien jardinier est le premier aux Etats-Unis à avoir attaqué l'empire agrochimique. Josh Edelson/Pool via Reuters

Depuis plusieurs semaines se tient le premier procès contre Monsanto aux Etats-Unis. Ce lundi 23 juillet, l'homme par qui l'affaire est arrivée a témoigné pour la première fois devant le tribunal de San Francisco. Dewayne Johnson, 46 ans, en phase terminale d'un cancer accuse le célèbre herbicide d'être responsable de sa maladie dont il a décrit les souffrances à l'audience. Il accuse aussi Monsanto, son producteur d'en avoir toujours dissimulé les risques. Ses avocats comptent demander plusieurs millions de dollars de dommages et intérêts au géant agrochimique américain.

Publicité

Pour la première fois depuis le début du procès, le jardinier -en phase terminale- a pris la parole contre le géant Monsanto. « Je n'aurais jamais répandu  du Roundup, dit-il, si j'avais su que ce produit était dangereux », rapporte notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve. Il accuse la firme agrochimique de dissimiler sciemment les risques de son désherbant et du glyphosate qu'il contient. Un élément chimique considéré comme cancérogène par l'Etat de Californie mais pas par les autorités fédérales américaines.

Pour l'entreprise, le glyphosate ne représente aucun danger, il n'y a donc aucune raison d'alerter. Mais pour l'accusation, Monsanto va à l'encontre de la science et harcèle même les chercheurs qui ne vont pas dans son sens. Pendant deux ans le plaignant a manipulé du Roundup pour désherber les jardins des écoles d'une petite ville de la banlieue nord de San Francisco.

D'autres malades en attente de procès

« Malgré les protections j'en recevais sur le visage, explique t-il au tribunal, c'était inévitable ». Diagnostiqué en 2014 d'un lymphome non hodgkinien, ce père de trois enfants est apparu le visage marqué par des lésions cancéreuses cutanées. Le procès a d'ailleurs été avancé car ses médecins ne lui donnent que quelques mois à vivre. Il existe en Californie des procédures judiciaires accélérées dont peuvent bénéficier les personnes mourantes.« Je souffre beaucoup, dit- il à l'audience, et je sais que je vais aller de plus en plus mal ».

Interrogé par la défense, il a tout de même dû concéder que les preuves scientifiques sont minces. Mais Dewayne Johnson compte demander des millions de dollars de dommages et intérêts. Et s'il l'emporte des milliers d'autres malades pourront comme lui faire condamner Monsanto. Quelque 4.000 plaignants poursuivent actuellement Monsanto pour les mêmes raisons aux Etats-Unis.

à (re)lire: Le glyphosate en cinq questions

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail