Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Etats-Unis: la justice suspend l'autorisation d'imprimer des armes en 3D

La justice américaine a temporairement suspendu la mise en ligne de plans numériques permettant de fabriquer des armes à l'aide d'une imprimante 3D.
La justice américaine a temporairement suspendu la mise en ligne de plans numériques permettant de fabriquer des armes à l'aide d'une imprimante 3D. Robert MacPherson / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Aux Etats-Unis, il est déjà très simple d'acheter légalement une arme à feu et les Américains auraient même dû pouvoir, à partir de ce mercredi 1er août, s'en fabriquer une facilement chez eux. Il aurait suffi pour cela d'une imprimante 3D et de télécharger les plans de pistolets mis en ligne par une société spécialisée. Mais un juge fédéral a bloqué in extremis l'autorisation de diffusion de ces modes d'emploi, grâce auxquels il est possible de se doter d'une arme certes en plastique, mais fonctionnant comme une vraie et avec des balles réelles. Des armes sans traçabilité et qui échapperaient aux détecteurs de métaux.

Publicité

Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier

Cody Wilson s'est plié ce mardi soir à l'injonction de dernière minute de la justice américaine. Sur le site internet de sa société, on peut toujours consulter le catalogue des produits qu'il compte vendre, mais il n'est pas possible de télécharger des plans pour se fabriquer une arme à feu grâce à une imprimante 3D.

Cependant, alors que la diffusion aurait dû être officiellement autorisée à partir de ce mercredi, au moins un mode d'emploi était accessible dès vendredi dernier.
Et il y a quelques années, 100 000 téléchargements avaient été effectués avant que les autorités n'interviennent.

Faux espoir

Cody Wilson se bat en effet depuis longtemps pour son projet. En juin, il pensait avoir gagné la bataille, quand le gouvernement fédéral l'avait autorisé à commercialiser ses plans de pistolets.

Mais la polémique a pris de l'ampleur, et si les politiques ont échoué à faire interdire la diffusion des documents, c'est finalement un juge fédéral de Seattle qui a pris la responsabilité de bloquer le processus. Provisoirement, en attendant une législation claire.

Cody Wilson va donc continuer de plaider la liberté d'information et celle de s'armer. Mais 30 000 personnes meurent déjà par balle chaque année, aux Etats-Unis et même Donald Trump n'a pas semblé emballé par cette innovation technologique.

Du danger des «ghost guns»

« Une arme fantôme est une arme intraçable parce qu'elle est fabriquée à partir de plusieurs pièces et non conçue par une entreprise. Ces armes sont un problème depuis longtemps aux Etats-Unis parce que nous sommes incapables de savoir qui les achète, nous explique Avery Gardiner, présidente de Brandy Campaign, une organisation anti-armes à feu. Les armes imprimées en 3D sont encore pires parce qu'au lieu d'avoir une personne qui commande des pièces et les assemblent, nous avons des gens qui peuvent fabriquer une arme en secret chez eux ».

D'autant que selon Hod Lipson, professeur d'ingénierie à l'université Columbia, même des enfants pourraient se fabriquer leur arme. « Ces fichiers, tout le monde peut les télécharger dans le monde entier. Toute personne ayant accès à une imprimante 3D peut imprimer une de ces armes. Il y a beaucoup de formes et de tailles différentes. Vous avez seulement besoin de savoir comment faire fonctionner une imprimante 3D et de télécharger ces fichiers. Ce n’est pas cher, les fichiers sont gratuits et les matériaux que vous allez utiliser avec l’imprimante coûtent quelque chose comme cinquante dollars ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.