Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Etats-Unis: San Francisco salue le choix de Colin Kaepernik et de Nike

Un magasin Nike de San Francisco, le 26 septembre 2017 (photo d'illustration)
Un magasin Nike de San Francisco, le 26 septembre 2017 (photo d'illustration) JUSTIN SULLIVAN / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Pour les 30 ans de son célèbre slogan « Just do It », la marque Nike a choisi d'utiliser l'un des visages les plus politisés du sport américain : celui du joueur de football américain Colin Keapernick qui a été le premier, en 2016, à s'agenouiller devant le drapeau américain pendant l'hymne national pour protester contre le racisme et les violences policières contre les Noirs aux Etats-Unis. Ce choix polémique de Nike a déclenché des appels au boycott de la marque sur les réseaux sociaux et a fait perdre plus de 3% à son titre en Bourse mardi 4 septembre. Mais il a été bien accueilli à San Francisco.

Publicité

Avec notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve

L'immense publicité controversée de Colin Kaepernick trône en plein centre de San Francisco, sur le toit du magasin Nike, avec ce slogan très politique :« Croire en quelque chose, même si cela signifie tout sacrifier ». Référence au genou à terre de l'ancien quaterback des 49ers de San Francisco devant le drapeau étoilé, pour dénoncer les violences policières contre les noirs aux Etats-Unis.

Ce militantisme a fait de la star métisse du foot américain la cible de Donald Trump et, cela lui a coûté sa carrière. Colin Kaepernick n'a plus de club depuis deux ans. A San Francisco, on salue globalement l'initiative de Nike.

« Il n'y a pas beaucoup de gens de notre couleur qui peuvent se retrouver comme ça sur un panneau publicitaire. Donc, je trouve ça très cool. C'est fou d'en vouloir à une entreprise parce qu'elle soutient une cause. Et cette cause c'est soutenir les vies noires, les flics doivent arrêter de tuer des jeunes hommes et femmes noirs », salue Dwight, un étudiant afro-américain.

« Ils passent à côté du sujet »

« C'est fantastique. Ils ont raison de le soutenir. Si les gens ne peuvent pas comprendre qu'il ne proteste pas contre le drapeau ou l'hymne national mais contre les violences policières, ils passent à côté du sujet », poursuit une autre habitante de San Francisco.

Sur les réseaux sociaux en revanche, cette campagne publicitaire a déclenché de violents appels au boycott, certains clients allant jusqu'à brûler leurs baskets à virgule. Donald Trump lui a qualifié cette publicité de « terrible message ».

→ A (re)lire : Avec Colin Kaepernick comme nouvelle égérie Nike fait un choix bien réfléchi

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.