Argentine

Argentine: l'ex-présidente Cristina Fernandez de Kirchner mise en examen

Perquisition au domicile de Cristina Kirchner à Buenos Aires le 23 août 2018 dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de corruption.
Perquisition au domicile de Cristina Kirchner à Buenos Aires le 23 août 2018 dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de corruption. REUTERS/Marcos Brindicci

En Argentine, l’étau de la justice se resserre sur Cristina Kirchner. Ce lundi soir, l’ancienne présidente péroniste a été mise en examen dans l’affaire dite des « cahiers de la corruption », avec des dizaines d’anciens membres de son gouvernement et des hommes d’affaires de premier plan. Elle est accusée d’avoir perçu des millions de dollars de pots de vin versés par des entreprises bénéficiaires de commandes de l’État. Impliquée dans neuf autres affaires, dont sept pour corruption, Cristina Kirchner reste protégée par son immunité parlementaire en tant que sénatrice.

Publicité

avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

C’est un véritable système de corruption, mis en place par Nestor Kirchner et maintenu quand son épouse lui a succédé, qui a fonctionné entre 2003 et 2015. Ainsi que l’a reconnu le président de la Chambre de la construction de l’époque, toutes les entreprises bénéficiaires de commandes publiques étaient tenues de reverser 20 % du montant du contrat aux Kirchner.

À l’origine de ces aveux, une investigation du quotidien La Nación qui a révélé l’existence de cahiers où le chauffeur d’un ancien secrétaire d’État détaillait les transferts de fonds entre les entreprises et la présidence. Nombre d’hommes d’affaires ont reconnu les faits, tout en se disant victimes d’une extorsion du gouvernement.

Cela n’a pas empêché le juge de les mettre aussi en examen, aux côtés de Cristina Kirchner et de ses anciens ministres. Parmi les inculpés, on compte les PDG des trois plus importants groupes industriels du pays, ainsi qu’un cousin germain du président Mauricio Macri, Ángelo Calcaterra.

Au-delà du sort de Cristina Kirchner et de la corruption de son gouvernement, c’est la connivence quasi maffieuse entre pouvoir politique et milieux d’affaires, qui est ainsi mise au jour.

à (re)lire: « Cahiers de la corruption » en Argentine: Diego Cabot raconte son enquête

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail