Accéder au contenu principal
Etats-Unis/Chine

Washington dénonce le sort des Ouïghours en Chine

Mike Pompeo dénonce avec fermeté le sort réservé à la minorité Ouïghour en Chine (photo d'archives, août 2018).
Mike Pompeo dénonce avec fermeté le sort réservé à la minorité Ouïghour en Chine (photo d'archives, août 2018). REUTERS/Edgar Su
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Mike Pompeo dénonce avec fermeté le sort réservé à la minorité Ouïghour en Chine. Après les sanctions américaines annoncées cette semaine contre une unité de l’armée chinoise pour ses achats d’armement russe, cette tirade du secrétaire d’Etat risque de détériorer encore les relations entre Washington et Pékin, déjà dégradée par un conflit commercial qui s’éternise.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

Donald Trump évoque régulièrement son amitié avec le président chinois et parle toujours de Xi Jinping en termes élogieux. Mais la relation entre la Chine et les Etats-Unis traverse une mauvaise passe : surenchère dans le conflit commercial à coup de nouvelles taxes, dénonciation de l’apathie de Pékin dans le règlement de la crise nord-coréenne, sanctions contre l’armée chinoise, les Américains durcissent singulièrement le ton. Et cette tirade lancée par le secrétaire d’Etat lors d’un discours sur la liberté religieuse vendredi 21 septembre ajoute de l’huile sur le feu.

« Des centaines de milliers, peut-être des millions d’Ouïghours sont détenus contre leur gré dans des soi-disant camps de rééducation où ils subissent un endoctrinement politique strict et d'autres abus horribles Leurs croyances religieuses sont anéanties, a déclaré Mike Pompeo. Et nous sommes aussi inquiets de la répression continuelle du gouvernement contre les chrétiens en Chine qui comprend des gestes haineux comme fermer des églises, brûler des bibles et contraindre les fidèles à signer des papiers pour renier leur foi. »

La veille, le secrétaire d’Etat avait déjà ciblé la Chine pour le traitement des minorités qu’il avait qualifié d’horrible. Au Congrès, des élus démocrates et républicains appellent l’exécutif à prendre des sanctions contre Pékin pour ces atteintes à la liberté religieuse. Une demande pour l’instant restée sans réponse.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.