Accéder au contenu principal
Venezuela

Santé au Venezuela: le navire-hôpital chinois «Arche de la paix» à la rescousse

Le navire He Ping Fang Zhou («Arche de la paix») à La Guaira, à une quarantaine de kilomètres de Caracas.
Le navire He Ping Fang Zhou («Arche de la paix») à La Guaira, à une quarantaine de kilomètres de Caracas. Reuters
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Arrivé le 22 septembre dernier au Venezuela, le navire-hôpital chinois « l'Arche de la Paix », est à quai dans le port de la Guaira, à une trentaine de kilomètres de Caracas, la capitale. Il y aide les habitants venus chercher une assistance médicale.

Publicité

Avec notre correspondant à Caracas, Julien Gonzalez

Katiuska souffrait de douleurs dans le cou depuis un certain temps. Ce mercredi 26 septembre, un sac en plastique portant une inscription chinoise à la main, elle est sortie ravie de « l'Arche de la Paix », à La Guaira, au nord de la capitale vénézuélienne Caracas. Elle emportait une radio de ses cervicales et une boîte de médicaments. « Ils se sont bien occupés de moi, ce sont de bons docteurs, explique-t-elle. C'est un docteur chinois qui m'a auscultée et il y avait un militaire qui m'a traduit ce qu'il disait. Puis il m'a donné un traitement, deux pastilles à prendre par jour. Il y a une liste avec des gens inscrits comme moi de chaque commune. Et ceux qui gèrent ces listes, ce sont les personnes des conseils communaux ».

Certains sont venus sans passer par les conseils communaux, ces conseils de quartier pierres angulaires du chavisme. Zaida est venue en bus de Barinitas, à plus de 700 kilomètres de là, avec une fracture au genou. « J'ai appris la nouvelle de l'arrivée de ce bâteau grâce à mon fils qui a vu l'information sur Internet, raconte-t-elle. Pour moi, ce bâteau, c'est le cadeau le plus merveilleux qu'on puisse avoir. Je suis venue, à la grâce de Dieu, et j'espère avoir l'opportunité qu'on s'occupe de moi ».

Pénurie de médicaments

Mais d'autres comme Ninoska attendent depuis un certain temps, s'impatientent et n'y croient plus. « Pour moi, c'est de la tromperie parce qu'ils te remontent le moral et te disent que tout le monde pourra être soigné, se plaint-elle. Et là, je vois que c'est certains petits groupes qui peuvent rentrer. C'est quoi cette histoire ? Pourquoi ils ont fait venir ce bateau alors ? Pour moi, ce devrait être une aide pour le peuple et que tout le monde soit ausculté ! »

« L'Arche de la Paix » restera à quai au Venezuela jusqu'à ce week-end. De source officielle, ce navire de 178 mètres de long, chargé de fournir une assistance médicale gratuite, est équipé de 500 lits, 35 unités de soins intensifs et 12 salles d'opération.

L'arrivée de ce navire intervient alors que le pays vit une très forte crise du secteur de la santé. Infirmières et médecins protestent ou émigrent depuis de très longs mois tandis que la Fédération pharmaceutique du Venezuela estime la pénurie de médicaments à près de 85%. Opposition, ONG et certains pays latino-américains pressent le gouvernement de Nicolas Maduro depuis des mois d'ouvrir « un canal humanitaire pour faire face à la crise humanitaire au Venezuela », un terme qui est rejeté par les autorités chavistes.

Le ministre de la Défense avait quant à lui assuré la semaine dernière que l'arrivée de ce bateau était « une véritable démonstration de diplomatie » et montrait le degré et l'ampleur de la coopération du Venezuela avec la Chine, le géant asiatique étant l'un des principaux alliés et créanciers de Caracas. Nicolas Maduro avait justement réalisé un voyage à Pékin il y a une dizaine de jours pour rencontrer son homologue chinois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.