Brésil

Présidentielle au Brésil: le candidat Jair Bolsonaro quitte l’hôpital

A l'aéroport Congonhas à Sao Paulo des «fans» attendaient le candidat Jair Bolsonaro qui s'est envolé pour Rio de Janeiro, ce samedi 29 septembre 2018.
A l'aéroport Congonhas à Sao Paulo des «fans» attendaient le candidat Jair Bolsonaro qui s'est envolé pour Rio de Janeiro, ce samedi 29 septembre 2018. REUTERS/Nacho Doce
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Au Brésil, à huit jours du premier tour de la présidentielle et après trois semaines passées à l'hôpital Albert Einstein de São Paulo, le candidat d'extrême droite, Jair Bolsonaro, est sorti ce samedi midi. Interné depuis son agression au couteau lors d'un bain de foule dans l'Etat de Minas Gerais, il avait depuis mené campagne sur les réseaux sociaux. Le candidat en tête des sondages a préféré sortir de l’hôpital par un autre bâtiment et cela pour éviter les journalistes.

Publicité

Avec notre correspondante à Sao Paulo, Sarah Cozzolino

On peut dire que Jair Bolsonaro avait mis en scène sa sortie. D’abord prévue ce vendredi, une légère infection l'avait finalement obligé à rester un jour de plus. Mais le candidat s'était montré fin prêt en publiant une photo sur Instagram. Torse nu, on le voit en train de se raser avec une longue cicatrice sur son ventre. Sous la photo, on lit « je me prépare pour mon retour à la vie active ».

Samedi matin, devant l'hôpital Albert Einstein de São Paulo, il y avait d'un côté les journalistes, et de l'autre les militants avec leurs drapeaux et maillots jaune et vert aux couleurs du Brésil. T-shirt avec la mention « Bolsonaro président », Wilson Gomes se définit comme un « fan » du candidat d'extrême droite. Il a attendu quatre heures, en espérant voir pour la première fois celui qu'il nomme son « mythe ».

« Je pensais le voir aujourd'hui, mais on n'a pas eu de chance... Heureusement, on est à 28-30%, et la majorité des personnes avec qui je parle me disent qu'elles voteront Bolsonaro, donc on y croit ! »

Pas de contact direct

Ceux qui se qualifient de « fans » de leur candidat étaient bien entendu déçus, mais les proches de Jair Bolsonaro se sont exprimés. Gustavo Bebiano, président du PSL, le parti de Bolsonaro, a expliqué que le candidat à la présidentielle était heureux de sortir pour continuer sa campagne. Il reconnaît toutefois que celle-ci a été fragilisée par cette hospitalisation.

« Nous disposons de peu de moyens pour la campagne de Jair Bolsonaro, nous n'acceptons pas les dons d'entrepreneurs, nous faisons de la politique de manière différente, et donc la campagne se fait autour de la personne de Jair Bolsonaro et du contact qu'il a avec le public. Cet attentat criminel a sans l'ombre d'un doute freiné et continuera de freiner ce contact direct avec le peuple qu'il aime tant. »

Mais Bebiano a aussi insisté sur le fait que Bolsonaro était très confiant pour la suite. Il a repris les mots du candidat : « Nous n'accepterons pas de ne pas être au deuxième tour. » En effet, le clan Bolsonaro remet en question le fonctionnement des urnes électroniques dans le cas où il serait éliminé au premier tour.

Le candidat a donc pris l'avion pour rentrer chez lui à Rio de Janeiro. Les médecins lui interdisent pour l'instant tout contact direct avec des militants dans la rue et il ne participera pas non plus au débat télévisé prévu de ce dimanche. En revanche, il pourrait participer à celui de jeudi prochain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail