Accéder au contenu principal
Brésil

[Reportage] Présidentielle au Brésil: les indécis de Brasilia Teimosa à Recife

Jair Bolsonaro (PSL) et Fernando Haddad (PT).
Jair Bolsonaro (PSL) et Fernando Haddad (PT). EUTERS/Adriano Machado/Rodolfo Buhrer/File Photos
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Les Brésiliens sont très partagés entre les deux principaux candidats à la présidence, celui de l'extrême droite Jair Bolsonaro, en tête dans les sondages, et le remplaçant de l'ancien président Lula, Fernando Haddad, crédité de 22%. Une division qui se voit parfaitement sur une carte électorale. Alors que Jair Bolsonaro est très populaire dans le sud du pays, le nord-est est toujours acquis au Parti des travailleurs. Mais l'étoile rouge, l'emblème du parti cofondé par Lula ne brille plus aussi fort.

Publicité

Avec notre envoyé spécial au Brésil, Achim Lippold

Brasilia Teimosa est un quartier populaire dont le nom - Brasilia têtu - est un hommage à l'esprit de résistance de ses habitants. En effet chaque fois que les autorités les en ont délogés, ils sont revenus dans leurs habitations insalubres. Ce jeu du chat et de la souris a duré jusqu'en 2002. Lula, alors élu président, décide de réhabiliter une fois pour toutes cet ancien village de pêcheurs. Joao qui vend des poulets grillés sur le marché s'en souvient : « A Brasilia Teimosa, il y avait des maisons et des pontons de bois au bord de la mer. Lula les a démolis, et a construit de vraies maisons. Les gens l'adorent parce qu'il les a beaucoup aidés ».

C'est le cas pour Adriana, une mère de famille qui doit beaucoup, dit-elle, au Parti des travailleurs : « Mon fils a fait une formation de physiothérapeute cette année et il a reçu une bourse grâce au programme Pro Uni mis en place par le PT. J'ai également bénéficié de l'aide sociale, la Bolsa Familia, mais à présent je ne la touche plus car mes enfants sont grands ».

Et pourtant, cette année, Adriana donnera pour la première fois sa voix à un candidat qui n'est pas du PT : « Je ne partage pas le projet de la colistière du candidat Fernando Haddad, qui veut introduire la question du genre à l'école. Ça me rend triste, parce que sinon j'aurais voté PT .»

Joao lui aussi soutenait d'habitude le parti de Lula, mais à présent il fait partie des électeurs très convoités ces jours-ci, les indécis. « Il manque un vrai dirigeant qui dise : allez, on va changer les choses, construire des hôpitaux et des routes pour relancer l'économie. » Son rêve : que le Brésil devienne un pays du « premier monde » comme il dit.

Reportage d'Achim Lippold à Brasilia Teimosa, un quartier de Recife

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.