Mexique

[Reportage] Caravane des migrants: «Je ne peux pas continuer»

Des migrants marchent sur un chemin de fer près d'Arriaga, au Mexique, le 26 octobre 2018.
Des migrants marchent sur un chemin de fer près d'Arriaga, au Mexique, le 26 octobre 2018. REUTERS/Ueslei Marcelino

Les milliers de migrants honduriens qui se dirigent vers les Etats-Unis progressent lentement. Après deux semaines de marche, certains d'entre eux préfèrent rentrer chez eux. S'ils en font la demande, le Mexique leur offre la possibilité d'être rapatriés dans leur pays.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Arriaga, Patrick John Buffe

Depis les premières entrées sur le sol mexicain, en fin de semaine dernière, la caravane a parcouru plus de 180 km sur une route alternant forêt tropicale et champs de maïs.

Mais pour certains migrants, il devient difficile de continuer. La municipalité d'Arriaga, où est arrivée vendredi la caravane, a ainsi offert la possibilité aux migrants de s'informer ou même de demander à être rapatriés.

A mi-journée, une vingtaine d'entre eux avaient déjà présenté leur demande. Au dire de Patricia Salas, la coordinatrice municipale des migrants, plusieurs raisons sont à l'origine de leur décision de vouloir rentrer chez eux : « L'une d'elles, c'est la fatigue. Et comme ils marchent, ils ont des ampoules aux pieds, ils deviennent malades. C'est aussi parce qu'ils se rendent compte de la difficulté de ce périple. »

« Je veux rentrer voir ma famille »

A cela s'ajoute le fait que la famille commence à manquer à ceux qui ont laissé femmes et enfants au Honduras ou aux jeunes qui sont partis seuls, comme Edgar, âgé de 19 ans : « Moi, je veux rentrer voir ma famille, voir comment elle va, je veux épargner de l'argent et revenir à nouveau. En plus, j'ai mal à la poitrine, la chaleur m'affecte beaucoup. Je ne peux pas continuer. Je ne me sens pas bien du tout. »

Après leur demande, ils sont hébergés par les autorités mexicaines qui leur facilitent ensuite le retour en bus dans leur pays. Malgré la détermination des migrants de rejoindre les Etats-Unis, il faut s'attendre à ce qu'ils soient toujours plus nombreux, au fil des semaines, à opter pour un rapatriement volontaire.


 ■ Une aide pour les demandeurs d'asile

Le gouvernement mexicain a également annoncé vendredi un plan d'aide pour ces milliers de migrants centraméricains à condition qu'ils déposent une demande d'asile dans les Etats du Chiapas et de Oaxaca, dans le sud du Mexique.

« Le gouvernement du Mexique lance aujourd'hui le plan "Tu es dans ta maison". En restant au Mexique, tu pourras recevoir des soins médicaux et même envoyer tes enfants à l'école », a promis le président mexicain Enrique Pena Nieto dans une vidéo publiée sur Twitter.

Pour bénéficier de ce plan, les migrants devront déposer une demande d'asile dans les Etats du Chiapas et de Oaxaca auprès de l'Institut national de migration (INM), a précisé M. Pena Nieto.

Selon les autorités mexicaines, 1 743 demandes d'asile ont été déposées depuis l'entrée de la caravane de 7 000 personnes, pour la plupart honduriennes, sur le sol mexicain.

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail