Etats-Unis / Société

Etats-Unis: la tuerie de Pittsburgh relance l'éternel débat sur le port d'armes

Le stand Smith & Wesson au 146e salon annuel de la NRA, le 29 avril 2017 à Atlanta.
Le stand Smith & Wesson au 146e salon annuel de la NRA, le 29 avril 2017 à Atlanta. Scott Olson/Getty Images/AFP

A chaque nouvelle tuerie aux Etats Unis la question revient au-devant de la scène. Faut-il ou non interdire le port d’arme ? Le maire de Pittsburgh, où a eu lieu une attaque contre une synagogue samedi, interpelle d’ailleurs Donald Trump à ce sujet. Mais il y a peu d’espoir de changement.

Publicité

C’est un éternel recommencement. Une tuerie endeuille l’Amérique et divise sa société dans la foulée : d’un côté, les militants pour un meilleur contrôle du port d’arme, et de l’autre ceux qui brandissent le deuxième amendement. La Constitution américaine est claire : porter une arme est un droit fondamental.

Dans ce combat entre pro et anti-armes, à la fin ce sont toujours les mêmes qui remportent la bataille.

Les pro-armes sont puissants, leur lobby, la NRA, pourrait presque gouverne l’Amérique. Tout débat sur la question de la régulation des armes est bloqué. Nombre d’élus républicains ont prêté allégeance à cette association qui soutient également l’actuel président américain.  

Pour la NRA, il n’y a qu’un seul moyen de lutter contre les armes, c’est de s’armer davantage. A chaque nouvelle tuerie dans des écoles ou dans une synagogue comme samedi à Pittsburgh, ce sont les mêmes phrases qui reviennent, Donald Trump propose des gardes armés pour protéger les lieux de culte ou les établissements scolaires.

► (Re) lire : Armes à feu: comment la NRA fait sa loi aux Etats-Unis

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail