Accéder au contenu principal
La revue de presse des Amériques

A la Une: les réactions des dirigeants régionaux à l’élection de Jair Bolsonaro

Les supporters Jair Bolsonaro fêtent la victoire de leur candidat dans les rues de Sao Paulo, le 28 octobre 2018.
Les supporters Jair Bolsonaro fêtent la victoire de leur candidat dans les rues de Sao Paulo, le 28 octobre 2018. © REUTERS/Nacho Doce

Publicité

En Une de la presse chilienne les félicitations de Sebastian Piñera, le président chilien, qui s’était déjà déclaré supporter du candidat d’extrême droite. Le dirigeant conservateur a tenu à le féliciter sur les réseaux sociaux détaille El Mercurio et l’a même d’ores et déjà invité pour un voyage officiel à Santiago.

Il faut dire que le Chili est souvent cité comme modèle par le nouveau président brésilien.C’est ce que rappelle notamment La Tercera qui consacre une bonne partie de son édition du jour à la victoire de Jair Bolsonaro. Et selon Onyx Lorenzoni, pressenti pour devenir le prochain chef de cabinet du nouveau président brésilien, non seulement le Chili est un modèle, mais les deux chefs d’État ont déjà discuté de leur future collaboration. Dans un entretien accordé au quotidien, l’homme fort de Jair Bolsonaro dit vouloir s’inspirer du modèle économique chilien, plus solide et où l’on respecte les contrats. Le système d’éducation chilien est également une source d’inspiration selon lui, tout comme les structures démocratiques chiliennes qui permettent, d’après lui, une meilleure relation entre l’État et ses citoyens.

Dans un autre article d’El Mercurio, le journal revient sur toutes les réactions suite à l’annonce de la victoire du candidat d’extrême droite. Martin Vizcarra, le président péruvien, félicite Jair Bolsonaro et se dit disposer à travailler pour approfondir la relation fraternelle bilatérale qui existe entre ces deux pays. Même son de cloche du côté de la présidence argentine où Mauricio Macri appelle le nouveau président brésilien à travailler de concert avec l’exécutif argentin pour le bien-être des Argentins et des Brésiliens. En fait, presque tous les chefs d’État, au Paraguay, au Mexique, en Equateur, etc. adressent le même message avec, à chaque fois, une volonté affichée de travailler avec le nouvel exécutif brésilien.

Au Venezuela, le palais présidentiel reste silencieux

Non. Juste un communiqué du ministère vénézuélien des Affaires étrangères précise Tal Cual. Communiqué dans lequel les autorités de Caracas appellent le président élu, Jair Bolsonaro, à relancer les relations diplomatiques entre les deux pays sur la base du respect, de l’harmonie, du progrès et de l’intégration régionale. Des relations qui sont au plus mal à cause notamment de la crise migratoire vénézuélienne, précise le quotidien.

En Colombie, la presse s’interroge

Le nouveau président colombien Ivan Duque a lui aussi félicité Jair Bolsonaro sur les réseaux sociaux, appelant à un renforcement de la coopération entre les deux pays selon El Espectador. Un quotidien qui titre tout de même en Une « Le Brésil de nouveau aux mains des militaires » et qui voit dans l’élection de Jair Bolsonaro le plus grand débarquement de militaires dans la politique depuis la dictature brésilienne. Un quotidien qui se demande si l’élection d’un candidat d’extrême droite représente un danger pour la région, tout comme de nombreux autres quotidiens régionaux.

Donald Trump pointé du doigt après la tuerie dans une synagogue de Pittsburgh

Un sujet qui truste les Une outre-Atlantique. Et près de deux jours après cette tragédie qui a coûté la vie à onze personnes, la presse américaine revient sur les propos polémiques, ces dernières années du président américain Donald Trump. Une rhétorique incendiaire selon le Washington Post qui pourrait même inciter au passage à l’acte selon le quotidien, même si la Maison Blanche et le parti républicain s’en défendent. Une polémique qui ressurgit à moins de deux semaines des élections de mi-mandat.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.