Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Climat: le Brésil n'organisera pas la COP25

Le président élu du Brésil, Jair Bolsonaro, le 24 novembre 2018 à Rio de Janeiro lors d'une cérémonie militaire.
Le président élu du Brésil, Jair Bolsonaro, le 24 novembre 2018 à Rio de Janeiro lors d'une cérémonie militaire. REUTERS/Ricardo Moraes
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le Brésil renonce à la COP25, la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques prévue en 2019. Cette décision du président élu d'extrême droite Jair Bolsonaro intervient à quelques jours du début de la COP24 à Katowice, en Pologne. Officiellement prise pour raison budgétaire, cette décision accroit le fossé entre défenseurs de la planète et les « climato-sceptiques ».

Publicité

Avec notre correspondant à Rio de Janeiro,  François Cardona

Jair Bolsonaro l'a reconnu en conférence de presse : c'est lui qui a souhaité que le Brésil annule sa candidature comme organisateur de la COP25. Selon le président élu, « la protection de l'environnement ne doit pas empêcher le développement du Brésil ».

Durant la campagne électorale, Jair Bolsonaro s'est dit favorable à l'extension de l'agro-business et de l'industrie minière en Amazonie. Sa future ministre de l'Agriculture, Tereza Cristina, était jusqu'à récemment à la tête du groupe parlementaire qui soutient les grands propriétaires terriens.

L'an dernier, la déforestation en Amazonie a encore augmenté massivement

Le ministre des Affaires étrangères a affirmé que le Brésil renonçait à sa candidature en raison de « restrictions budgétaires ». Mais Ernesto Araujo, ultra-conservateur, est connu pour avoir qualifié le changement climatique de « dogme marxiste ». Il dit s'opposer à « l'alarmisme climatique ».

Durant la campagne électorale, Jair Bolsonaro avait menacé de sortir de l'accord de Paris, avant de changer d'avis face aux critiques. Son ministre de l'Environnement n'a pas encore été nommé. L'année dernière, la déforestation en Amazonie a encore augmenté de plus de 13%.

►À relire : Face à la déforestation au Brésil, Greenpeace tire la sonnette d'alarme


■ Rapprochement avec les Etats-Unis en vue au Brésil

Ce jeudi 29 novembre, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, John Bolton, fera escale au Brésil pour rencontrer Jair Bolsonaro, avant de rallier Buenos Aires pour le G20. Ce sera la première rencontre entre le président élu et un haut responsable de la Maison Blanche. Une rencontre qui pourrait inaugurer une nouvelle relation entre le Brésil et les Etats-Unis.

Tous les signes qui sortent actuellement du futur gouvernement vont plus ou moins dans le sens d'avoir des relations prioritaires avec les Etats-Unis

Alfredo Valladão, professeur et spécialiste du Brésil à Sciences Po Paris

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.